Irlande: un faux mur pour mettre en garde contre le rétablissement d'une frontière

Des manifestants ont bloqué samedi une route entre l’Irlande et l’Irlande du Nord en construisant un mur de béton avec de faux barrages militaires afin d’illustrer ce qu’un Brexit dur signifierait pour cette région fragile.

« C’était comme ça il y a 25 ans »

Des habitants de la région ont utilisé des barrières en béton et installé un bureau des douanes défendu par une sorte de mirador avec de faux soldats portant l’uniforme britannique, scène visant à rappeler trois décennies de violences. « Il s’agit de rappeler à notre génération plus jeune comment était la situation il y a 25 ans », a déclaré John McNamee, militant du groupe Communautés frontalières contre le Brexit (BCAB – Border Communities against Brexit). « C’est comme ça qu’était la situation et nous ne voulons vraiment pas que cela le redevienne », a ajouté le militant déguisé en douanier.

« Ce sont les gens ordinaires d’Irlande qui n’acceptent pas la frontière »

« Ce sont les gens ordinaires d’Irlande qui n’acceptent pas la frontière, alors je ne sais pas s’ils vont attaquer physiquement une frontière ou non. Mais ils n’en accepteront certainement pas, explique Tom Murray, activiste du Border Communities against Brexit. Mais en réalité, il ne s’agit pas d’abolir la frontière, il s’agit de rappeler aux gens de ne pas imposer une frontière. »

Un faux mur qui rappelle des années sombres

Si le Royaume-Uni quitte l’Union européenne le 29 mars sans un accord de retrait, la frontière entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord deviendra une frontière externe de l’UE où seront effectués des contrôles douaniers. La frontière est devenue invisible après les accords de Paix de 1998, qui ont mis fin au conflit qui a fait plus de 3600 morts.

Cela rappelle de très mauvais moments à certains. Aaron Crilly manifestait aussi ce samedi. Sa famille habite des deux côtés de la frontière. Il craint que ce faux mur se matérialise réellement prochainement. « C’est très inquiétant. Le lendemain du vote concernant le départ du Royaume Uni de l’UE, c’était comme s’il y avait eu un décès dans la famille. »

Détruire le faux mur, tout un symbole

Après un meeting organisé par les manifestants, les habitants de la région ont détruit le mur de béton à coups de masse dans une atmosphère de fête, et les faux soldats britanniques ont mis en scène, sous forme de théâtre de rue, ce que pourrait être la résurgence des tensions dans la région.

« Nous sommes à 60 jours de la réalité du Brexit avec ou sans accord » a ajouté Tom Murray. « Sans accord, il pourrait y avoir l’imposition d’une frontière. Ceci montre quel serait le pire des scénarios ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK