Financer les départs anticipés à la retraite en taxant les plus riches : le pari du Danemark

C’est une proposition qui fait beaucoup parler d’elle au Danemark : taxer les plus riches, dont les banques, pour permettre de financer le départ à la retraite anticipée de certains Danois, notamment ceux qui ont les métiers les plus pénibles.

La première ministre danoise, Mette Frederikse (parti social-démocrate), a annoncé son intention devant des travailleurs et des journalistes réunis la semaine passée pour une visite des abattoirs de la société Danish Crown à Horsens, un des plus grand sites de transformation de viande en Europe. Mais depuis cette sortie qui n’est pas passée inaperçue, le débat est vif. Aujourd’hui, certains applaudissent, d’autres grincent des dents en attendant un vote au parlement.

Un droit au départ à la retraite anticipé

"Nous mettrons en place un nouveau programme pour ceux d’entre vous qui travaillent depuis le plus longtemps. Pour ceux qui ont payé leurs impôts tout au long de leur vie professionnelle et qui ont fait certains des travaux les plus difficiles" a indiqué la première ministre danoise. Avant de préciser la nature du projet dans ce pays où il a été décidé précédemment d’augmenter l’âge légal de la retraite de 65 à 67 ans. "En quelques mots, si vous avez travaillé pendant 42, 43 ou 44 ans quand vous aurez atteint l’âge de 61 ans, vous serez autorisé à partir à la retraite de manière anticipée 1, 2 ou 3 ans avant l’âge légal de la pension" a expliqué Mette Frederikse.

3 images
La première ministre du Danemark, Mette Frederiksen, le 19 juin 2020. © Liselotte Sabroe – AFP

400 millions d'euros à trouver

Pour financer cette mesure, il faut trouver 3 milliards de couronnes danoises soit un peu plus de 400 millions d’euros. L'idée énoncée est donc essentiellement de taxer les banques, les fonds de pensions et les investisseurs très fortunés. 

38.000 personne sconcernées dans un premier temps 

D’après le site danois en anglais "The Local", dans un premier temps, 38.000 Danois pourraient prétendre àcetteretraite anticipée. Les travailleurs concernés sont donc ceux ayant eu des conditions de travail particulièrement difficiles au cours de leur carrière. 

Une entrée en vigueur d’ici 2022 ?

Cette réforme entrera-t-elle en vigueur d’ici 2022 ? C’est en tout cas la volonté de Mette Frederikse. L’âge légal du départ à la retraite est pour l’instant de 66 ans au Danemark mais il va atteindre 67 ans d’ici 2022. L’idée est que la nouvelle réforme puisse entrer en vigueur à ce moment-là. Encore faut-il que cette mesure soit votée au parlement danois. La perspective est très probable puisque le parti social-démocrate et ses soutiens représentent une majorité au Folketing.

3 images
Une banque danoise à Copenhague, Danemark, le 4 octobre 2018. © MADS CLAUS RASMUSSEN – AFP

 

Le secteur bancaire critique le projet de réforme 

Mais cette perspective de réforme ne fait pas que des heureux. Du côté du secteur bancaire notamment, on grince des dents. Ce plan "rend plus difficile pour le secteur financier de soutenir la croissance et l'emploi", affirme Ulrik Nodgaard, le responsable de Finans Danmark, une association qui défend les intérêts du secteur bancaire dans le pays, au journal économique Bloomberg.

Cité par plusieurs médias, Birger Krogh Nielsen, le directeur financier de la troisième banque danoise (Jyske Bank) a déclaré que "les politiciens ne peuvent pas mettre en œuvre une telle taxe sur le secteur financier et ne pas s'attendre à ce que nous la répercutions sur les clients". 

Le bras de fer entre opposants et partisans de cette réforme ne fait que commencer. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK