Explosion à Ansbach: Charles Michel appelle à rester "unis" face aux "actes de haine"

Explosion à Ansbach: Charles Michel appelle à rester "unis" face aux "actes de haine"
2 images
Explosion à Ansbach: Charles Michel appelle à rester "unis" face aux "actes de haine" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le Premier ministre Charles Michel demande de rester "forts et unis face aux actes de haine" même si "les blessures mettront du temps à guérir", écrit-il lundi sur Twitter en réaction à l'explosion qui a blessé 12 personnes devant un festival de musique dimanche soir en Bavière.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) a également fait part de sa solidarité à l'Allemagne. "La Bavière une nouvelle fois frappée, j'exprime notre solidarité et notre soutien aux victimes comme au peuple allemand", a-t-il communiqué peu avant 06h00 lundi.

Dimanche soir vers 22h00, un réfugié syrien de 27 ans s'est fait exploser à proximité d'un festival de musique dans la ville bavaroise d'Ansbach, près de Nuremberg. Il a perdu la vie dans la détonation et a blessé douze autres personnes.

Son accès au site de l'événement accueillant 2500 personnes lui avait été refusé précédemment car il ne détenait pas de billet d'entrée. Le jeune homme avait quitté la Syrie pour chercher asile en Allemagne il y a deux ans, mais sa demande avait été rejetée il y a un an. Il avait été interné en psychiatrie après deux tentatives de suicide.

Le ministre de l'Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann, évalue à titre personnel que les faits sont "très vraisemblablement" un acte de terrorisme islamiste.

Une série d'attaques

Ce nouvel incident survient dans une Allemagne sous tension marquée par la succession d'actes violents, en Bavière principalement. Dimanche, un demandeur d'asile syrien a tué une femme et blessé deux autres personnes à la machette dans une ville de Bade-Wurttemberg.

La veille, une fusillade sans lien avec le terrorisme, a été menée dans la capitale de Bavière, Munich, par un jeune irano-allemand souffrant de troubles psychiatriques. Il était fasciné par le massacre perpétré cinq ans plus tôt par Anders Behring Breivik en Norvège.

La semaine précédente, quatre passagers ont été agressés dans un train régional bavarois par un adolescent demandeur d'asile afghan, en Bavière également. Cet acte, mené à la hache et au couteau, est le seul qui a été revendiqué par l'EI.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK