Et si Elizabeth II venait à disparaître ? Coulisses et secrets de l'opération "London Bridge", le protocole prévu en cas de décès de la reine d'Angleterre

La reine Elizabeth II a été hospitalisée cette semaine. A 95 ans, la souveraine aurait montré "de légers signes d’un rhume saisonnier" selon le Palais. Il n’empêche, les Britanniques s’inquiètent. Et cette question revient sur le tapis : que prévoit le protocole si la Reine venait à décéder ?

Un deuil royal, ça ne s’improvise pas. Et encore moins celui de la plus vieille monarque au monde. En cas de décès, le Palais appliquera à la lettre le fameux "London Bridge", autrement dit la marche à suivre après la mort de la Reine.


►►► À lire aussi : La reine Elizabeth II a passé la nuit de mercredi à jeudi à l’hôpital, a annoncé le palais


"London Bridge", c’est donc le nom de code attribué à ce plan. Et à chaque Windsor son pont. "Forth Bridge" pour le prince Philip, "Menai Bridge" pour le prince Charles… Et donc "London Bridge" pour la Reine.

Et si les petits-fils d’Elizabeth II n’ont pas encore d’opération prévue pour leur décès, eux aussi possèdent un nom de code. Selon le Daily Star, les sobriquets de William et Kate sont "Danny Collins" et "Daphne Clark". Quant à Harry et Meghan, ils seraient rebaptisés "David Stevens" et "Davina Scott".

La marche à suivre

En septembre, le site d’informations Politico révélait avoir eu accès à des documents officiels concernant le "London Bridge". En voici quelques étapes. A noter que le plan s’étale sur dix jours, jusqu’aux funérailles de la reine.

2 images
« Forth Bridge » était le nom de code pour les funérailles du défunt prince Philip. © Belgaimage

Jour J, "London Bridge is down"

Le jour du décès venu, le premier ministre, le secrétaire du cabinet et un certain nombre de ministres seront prévenus via le secrétaire privé de la reine. Nom de code : "London bridge is down".

Une fois ces personnalités prévenues, le Palais publiera une annonce officielle au public. Les drapeaux devront alors être mis en berne en moins de dix minutes.

Les activités parlementaires seront suspendues pendant 10 jours.


►►► À lire aussi : La Reine Elizabeth II apparaît avec une canne, les premiers signes d’un affaiblissement ?


Le plan ne néglige pas la communication digitale. Le site internet de la famille Windsor "se transformera en page d’attente noire avec une courte déclaration confirmant le décès de la reine", précise-t-on sur le site de Politico. Quant au site du gouvernement britannique, "il affichera une bannière noire en haut de page".

Les retweets seront interdits et les contenus non urgents ne pourront être publiés.

A noter que la première déclaration reviendra au premier ministre – actuellement Boris Johnson. Et à 18 heures, ce sera au tour du prince Charles de prononcer un discours. Commence alors le "Spring tide", le plan qui prévoit l’accession du prince au trône.

J + 1

Le lendemain du décès, à 10 heures, le prince Charles sera proclamé roi par le conseil d’adhésion. "Des centaines de conseillers privés, dont le Premier ministre et des ministres de premier plan, seront invités à y assister. Les messieurs devront porter une jaquette ou un costume de salon avec une cravate noire ou foncée. Aucune décoration ne doit être portée."

J + 2

En ce J + 2, le cercueil de la reine sera acheminé jusqu’au Palais de Buckingham. En train royal si la souveraine décède à Sandringham. Si par contre elle venait à mourir à Balmoral, le corps sera transporté en avion si le transport en train royal n’est pas possible.

J + 3

Trois jours après le décès, le nouveau roi "entamera une tournée du Royaume-Uni, en commençant par une visite du parlement écossais et un service à la cathédrale Saint-Gilles d’Edimbourg."

J + 4 et 5

Le quatrième jour a lieu la répétition de l’opération "Lion". Autrement dit, la procession de Buckingham Palace vers Westminster.

Ce n’est que le lendemain que le cercueil doit être transporté vers Westminster. Cette procession "se déroulera le long d’un parcours cérémonial à travers Londres". A la fin du parcours, un service religieux aura lieu à Westminster hall.

J + 6, 7, 8 et 9

Les trois jours suivants a lieu l’opération "Feather" selon laquelle la reine reposera à Westminster. "Son cercueil reposera sur une boîte surélevée, un catafalque, au milieu du Westminster Hall, qui sera ouvert au public 23 heures par jour. Des billets seront émis pour les VIP afin qu’ils puissent avoir un créneau horaire."

J + 10

Ce n’est donc que dix jours après son décès qu’auront lieu les funérailles de la reine. La cérémonie se déroulera à l’abbaye de Westminster. Deux minutes de silence seront observées à midi.

Un jour de deuil national sera prononcé. "Si les funérailles tombent le week-end ou un jour férié existant, un jour férié supplémentaire ne sera pas accordé. Si les funérailles tombent un jour de semaine, le gouvernement n’a pas l’intention d’ordonner aux employeurs d’accorder un jour de congé à leurs employés – les documents précisent qu’il s’agit d’une question entre les employés et leur personnel", prévoirait le document.


►►► À lire aussi : La Reine Élizabeth II ne veut pas qu’on touche à ses terres pour le climat : elle a fait jouer le "Queen’s consent"


"Un service funèbre aura lieu dans la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, et la reine sera enterrée dans la chapelle commémorative du roi George VI du château", conclut le site Politico.

Voilà donc ce qui se cache derrière le fameux "London Bridge", bien connu des amateurs de The Crown. A noter que le nom de code a peut-être changé depuis les révélations de Politico, par souci de confidentialité. Alors, le London Bridge a-t-il laissé place à un autre pont britannique ? Mystère. 

Elisabeth II: archives JT 08/06/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK