Emmanuel Macron toujours au sommet un an après son élection?

Le 7 mai 2017, impensable six mois auparavant, Emmanuel Macron battait au second tour Marine Le Pen avec 66% et devenait Président de la République française. Et depuis, sur le plan politique, tout s'est finalement bien passé pour lui.

Dans un dernier sondage publié par Le Monde, 45% des personnes interrogées trouvent le bilan d'Emmanuel Macron positif. Un résultat supérieur à ceux enregistrés un an après leur élection par Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Pas de réel opposant?

Sur le plan politique, Emmanuel Macron est plutôt sur du velours. C'est, en tout cas, le sentiment de la plupart des observateurs politiques. Pour eux, aujourd'hui, il n'a pas de réel opposant de poids face à lui. Christophe Barbier, journaliste politique: "Emmanuel Macron a fait sauter tous les cadres de la vie politique française. Il n'y a plus de gauche, plus de droite. Mais attention, ça ne durera pas." 

A gauche, Jean-Luc Mélenchon mobilise encore, comme il l'a fait samedi à Paris notamment, mais son poids parlementaire est faible. A l'extrême-droite, Marine Le Pen, depuis sa défaite à l'élection présidentielle et surtout son débat raté, n'a plus la même force de frappe. Laurent Wauquiez, le nouveau patron des Républicains, cherche toujours la bonne ligne dans l'opposition, tiraillé dans son camp par les Macron-compatibles et une ligne plus dure qui n'hésite pas à marcher sur les plates-bandes du Front national.

Reste enfin le PS et son nouveau leader, Olivier Faure, qui doit aussi se refaire une santé après la débâcle de Benoît Hamon à l'élection présidentielle.

Macron, sûr de lui?

Vu de l'extérieur, et à travers ses propos, Emmanuel Macron donne toujours l'impression de ne jamais douter, d'être toujours certain de ses choix. Des choix indispensables, dit-il, pour réformer la France. Mais sur le plan social, il est contesté. Contesté, entre autres, par les étudiants qui dénoncent la loi sur l'accès à l'université qui est, pour eux, "une loi de sélection".

Emmanuel Macron est contesté aussi par les maires qui dénoncent la suppression de la taxe d'habitation qui était une rentrée substantielle pour les communes. Réponse d'Emmanuel Macron: "depuis 40 ans, chacun trouve que cette taxe est injuste. Et donc, je la supprimerai en 2020."

Emmanuel Macron est, enfin, surtout contesté par les cheminots. Ils refusent sa réforme de la SNCF. Ils ont lancé des actions de grève en avril et il y en aura jusque juin. Mais pour Emmanuel Macron, cette réforme est " indispensable. J'irai jusqu'au bout et il y a une hypocrisie collective à ne pas la faire."

Dans tous les cas, Emmanuel Macron, malgré la contestation, ne change pas de route et fonce. Reproche syndical: " avec lui, il n'y a plus d'écoute, plus de concertation sociale."

Macron, pas de gauche?

Tous les sondages vont dans le même sens. Pour les personnes sondées, Emmanuel Macron est surtout un président de droite qui pense principalement aux riches. Lui avait pourtant été élu sous le slogan, ni de droite, ni de gauche.

Mais les Français retiennent surtout parmi les mesures décidées, sa réforme du Code du travail qui simplifie les licenciements ou la suppression de l'impôt sur la forture, mesure hautement symbolique en France. Adrien Quatennens, député de la France insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, considère qu'Emmanuel Macron est " habile sur la méthode. Il a apporté le changement sur la forme. Mais la différence s'arrête là. Il incarne la continuité sur le fond par rapport à ses prédécesseurs en prenant comme eux des mesures libérales."

A droite, le ton est différent. La droite est partagée. Mais pour Bernard Debré, ancien ministre et soutien de François Fillon pendant la dernière campagne présidentielle, "Emmanuel Macron fait ce que la droite rêvait de faire mais qu'elle n'a jamais fait depuis Chirac. On lui reproche de ne pas être allé assez loin sur la réforme du Code du travail mais lui, l'a fait. Même chose pour la réforme de la SNCF."

Emmanuel Macron bénéficie, en plus, d'un contexte international favorable sur le plan économique. Résultat, alors que ce n'est pas vraiment dû à sa politique, le taux de chômage baisse de façon constante en France... Hollande et Sarkozy n'ont pas eu la même "chance".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK