Croatie: les rescapés des camps dénoncent la fascisation de la société

Le mémorial de Jasenovac le 15 avril 2016
Le mémorial de Jasenovac le 15 avril 2016 - © STRINGER - AFP

La Croatie commémorait ce vendredi la libération du camp de concentration de Jasenovac où des dizaines de milliers de Serbes, de Roms et de Juifs trouvèrent la mort pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais cette année, les cérémonies ont été boycottées par les associations de victimes et d'anciens combattants yougoslaves pour dénoncer la dérive fasciste de la société croate, encouragée selon elles par le gouvernement conservateur.

Comme chaque année, Nadir Dedić et sa femme Fatima sont venus à Jasenovac. Les deux octogénaires sont les derniers rescapés du camp de concentration issus de la communauté tzigane.

Aujourd'hui, Nadir est là, mais il reste à l'entrée du mémorial. Pour lui, pas question de participer aux cérémonies officielles : "C'est dommage, mais on ne peut pas mettre ensemble les partisans antifascistes et les racistes, et les nazis. Ici, vous savez ce n'est pas ceux-là qui manquent. Mais que moi j'aille les écouter, jamais !"

Graffitis racistes

Depuis plusieurs mois, la Croatie a pris un virage très à droite, qui rappelle les sombres années 1990, celle du président nationaliste Franjo Tudjman. Des néo-chemises noires paradent dans la capitale Zagreb, des graffitis racistes recouvrent les murs de tout le pays.

Le 22 mars dernier lors du match contre Israël, les supporters croates ont même crié des saluts nazis et ils ont aussi appelé à tuer les Serbes. La seule réponse de la présidente Kolinda Grabar Kitarovic a été de condamner toute forme de totalitarisme, mettant sur le même plan les crimes nazis et les crimes communistes yougoslaves. Comme en 2015, elle a encore refusé de venir cette année à Jasenovac. Zlatko Hasanbegovic, le nouveau ministre la Culture, un historien révisionniste, avait par contre fait le déplacement. Plus de vingt ans après la fin de la guerre, la Croatie n'arrive toujours pas à chasser les démons du passé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK