Covid : la France face au péril intérieur et extérieur

Calvi, Corse.
Calvi, Corse. - © RTBF

La progression du coronavirus est générale mais elle n’est pas partout pareille. Seule certitude : la France s’inquiète, notamment en raison de ses voisins. Tout un symbole : la plus grande frontière terrestre de l’Hexagone est avec l’Espagne ; la seconde c’est avec la Belgique.

Et dans ces deux pays, la progression de l’épidémie est pour l’instant plus importante qu’en France. Les chiffres suffisent à le démontrer : 1000 cas en 24 heures en France pour 66 millions de Français, 360 en Belgique sur une population de 11 millions d’habitants, le taux belge est le double du taux français.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Mais c’est bel et bien l’Espagne et particulièrement la Catalogne qui nourrit toutes les inquiétudes : 1500 cas sur les dernières 24 heures, le Premier ministre français ne tourne pas autour du pot et parle "d’indices sanitaires dégradés" pour cette région contiguë de la France.

Rendre les frontières plus hermétiques ?

Pas question pour la France de fermer ses frontières. Actuellement en tout cas. Mais tout de même : 40 jours après les avoir ouvertes, il s’agit déjà de mieux les contrôler, du moins entre la France et l’Espagne.

Pas d’interdiction formelle mais "une vive recommandation" des autorités françaises à éviter de prendre la route de Barcelone et de la Costa brava. Et parallèlement, il y aura une concertation avec les autorités espagnoles et catalanes pour limiter le plus possible les flux vers la France. On l’a compris, ce n’est pas l’été du "viva Espana" et du "vamos a la playa". Comme si de ce côté-là la parenthèse estivale se terminait avant d’avoir vraiment commencé…

Sur les autres frontières de l’Hexagone, Italie, Suisse, Allemagne, Luxembourg et Belgique rien pour l’instant. Par contre, la vigilance sera accrue pour ceux qui viennent de pays où le virus circule intensément. Cela ne concerne que des expatriés français ou des personnes étrangères qui ont leur résidence principale en France.

En moyenne, 3000 personnes par jour qui seront testées à leur arrivée en provenance de 16 pays. Etrangement, le Premier ministre n’a pas donné immédiatement la liste mais elle a été publiée un peu plus tard. Sans surprise, il s’agit de 4 pays américains : les Etats-Unis, le Brésil, le Pérou et Panama. On y trouve aussi 3 pays africains : l’Afrique du Sud, Madagascar et l’Algérie. Y figurent également l’Inde ainsi que 7 pays du Proche-Orient : la Turquie, Israël, Oman, le Koweit, le Qatar, Bahrein et les Emirats arabes unis. S’y ajoute la Serbie, illustration du foyer épidémiologique des Balkans.


►►► À lire aussi : Coronavirus en France : Paris impose des tests pour les personnes provenant de 16 pays frappés par l’épidémie


Tout cela illustre une même tendance : le danger peut bel et bien venir de l’extérieur.

Sept départements problématiques

Mais inutile de se voiler la face : le virus montre déjà des signes de reprise un peu partout en France. Comme lors du premier pic de l’épidémie, les variations locales sont néanmoins importantes. En dehors de la Guyane et de Mayotte en outre-mer où la crise sanitaire est réelle, on relève ainsi un taux de contamination supérieur à 10 pour 100.000 dans sept départements : à l’est, il y a les Vosges et le Haut-Rhin ; au centre Paris, le val d’Oise et la Seine-Saint-Denis ; à l’ouest, la préoccupation est au Finistère et surtout en Mayenne où on dénombre 72 contaminés pour 100.000 habitants.

Le taux moyen de reproduction oscille selon les régions entre 1,12 et 1,87 ce qui illustre la progression du virus. De quoi inquiéter légitimement les autorités qui, comme chez nous, estiment qu’il n’y a pas lieu de paniquer mais qu’il faut clairement s’en préoccuper si l’on veut éviter des reconfinements.

Alors, comme chez nous, le port du masque se généralise de plus en plus, notamment dans certains lieux de villégiature, comme à Quiberon en Bretagne. Première destination touristique du monde, la France s’était préparée à se passer des touristes asiatiques et américains et misait sur les Français et leurs voisins. Le début de l’été fut à cet égard prometteur. Mais l’atmosphère est peut-être en train de changer…

Sujet JT du 24 juillet 2020 : comment les touristes se sentent-ils sur les plages du sud de la France ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK