Course contre la montre pour éviter une marée noire au large des côtes françaises

Dans le courant de la journée de mercredi, une nappe d'hydrocarbures est localisée non loin du naufrage du navire italien Grande America, à 320 km des côtes française à hauteur de La Rochelle. Le bateau transportait des matières dangereuses et 2200 tonnes de fioul lourd. Au moins une des cuves contenant une partie du carburant a explosé sous la pression. Le Grande America se trouve actuellement à 4500 mètres de profondeur.  

Les reconnaissances aériennes ont décelé "une nappe d'hydrocarbures d'une dizaine de kilomètres de long et d'un kilomètre de large" formée à hauteur de l'épave du navire. Cela représente, selon les autorités, à une pollution maritime majeure ou sérieuse.

Cette nappe, après analyse des courants, pourrait atteindre les côtes françaises : "Selon nos prévisions, des fragments pourraient atteindre certaines zones des côtes de Nouvelle-Aquitaine d'ici dimanche ou lundi, du fait d'une météo particulièrement défavorable, qui risque par ailleurs de rendre plus délicates les opérations de dépollution en mer", a déclaré dans la nuit via un communiqué, le ministre de l'Ecologie, François de Rugy.

"L'Etat fait tout pour réduire l'impact sur les côtes de la pollution aux hydrocarbures provoquée par le naufrage du navire italien", ajoute le ministre ce jeudi en fin de matinée.

Une seconde nappe 

Une seconde nappe de pollution aux hydrocarbures a été constatée, a déclaré le ministre de la Transition écologique François de Rugy lors d'une conférence de presse à Brest.

La première nappe, d'aspect compact, mesure 13 km de long par 7 km de large, tandis que la deuxième, d'aspect disloqué, mesure 9 km de long par 7 km de large, a précisé le porte-parole de la préfecture maritime de l'Atlantique Riaz Akhoune, ajoutant que les deux nappes sont distantes d'environ 20 km l'une de l'autre.

Phase de pré-alerte

Les départements de Gironde et de Charente-Maritime ont placé leurs services en "phase de pré-alerte", pour anticiper la possible pollution des côtes par la nappe d'hydrocarbures échappée du navire italien. Le préfet maritime de l’Atlantique a immédiatement ordonné l’appareillage depuis Brest, du BSAA Argonaute, un navire spécialisé dans la lutte antipollution. A son bord, des experts qui ont pour mission d’évaluer la situation. Le problème est que les conditions climatiques sont très compliquées depuis l’arrivée du navire.

"Cette phase comprend la préparation et le prépositionnement des moyens anti-pollution nécessaires, et l'organisation des opérations de reconnaissance à venir", soulignent les préfectures selon lesquelles les côtes "pourraient être touchées par l'arrivée de la nappe dans un délai de 3 à 4 jours"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK