Coronavirus : l’Italie adopte un gigantesque paquet de mesures de soutien dictées par "l’urgence" de la crise sanitaire

Le gouvernement italien a adopté jeudi en conseil des ministres un nouveau paquet de mesures d’aide de 40 milliards d’euros pour combattre les ravages de la pandémie de coronavirus sur l’économie et soutenir entreprises et ménages.

Plus de 15 milliards d’euros seront consacrés aux sociétés et auto-entrepreneurs en difficulté qui ont perdu au moins 30% de leurs recettes en 2020 en raison de la crise économique engendrée par la pandémie.

Ce sont des mesures importantes

"Ce sont des mesures importantes", dictées par "l’urgence" de la crise sanitaire, a commenté Carlo Bonomi, président de la Confindustria, la principale organisation patronale du pays. Désormais, "il faudra aussi accélérer les réformes pour favoriser la reprise", a-t-il ajouté.

Le secteur du tourisme, durement frappé par les mesures de restriction visant à freiner la pandémie, bénéficiera d’aides de plus de 3 milliards d’euros pour relancer son activité.

Levée progressive des restrictions

Le gouvernement italien a mis en place une levée progressive des restrictions anti-Covid depuis le 26 avril, avec notamment la réouverture des restaurants, cinémas et salles de concert.

Une partie des nouvelles mesures d’aide sera allouée à des secteurs qui restent toujours fermés, comme les salles de jeux ou les discothèques.

Ces fonds s’ajoutent aux 32 milliards d’euros déjà débloqués en janvier dans le cadre d’un précédent budget rectificatif, qui ont été consacrés à un paquet de mesures d’aide pour les secteurs économiques sinistrés.


►►► A lire aussi : Mario Draghi renonce à son salaire de Premier ministre


Depuis le début de la pandémie, l’Italie a déjà mobilisé plus de 130 milliards d’euros pour relancer les secteurs économiques mis à l’arrêt pendant les périodes de confinement.

Du coup, le gouvernement Draghi a dû revoir à la hausse sa prévision de déficit pour cette année, à 11,8% du PIB, contre 9,5% en 2020.

Parallèlement, la dette publique devrait atteindre 159,8% du PIB en 2021, soit le deuxième ratio le plus élevé dans la zone euro, derrière la Grèce.

Pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale

Le choc de la pandémie sur l’économie italienne aura été rude l’an dernier, avec un plongeon du PIB de 8,9%, sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale.

Pour 2021, Rome table désormais sur une hausse du PIB de 4,5% en intégrant l’effet des mesures de relance prévu par son plan d’investissement de 222,1 milliards d’euros financé en grande partie par des fonds européens.

 

Tourisme en Italie: JT 14/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK