Attaque sur un marché de Noël à Berlin: pourquoi l'Allemagne est-elle visée?

Camion sur un marché de Noël à Berlin: pourquoi l'Allemagne est-elle visée?
2 images
Camion sur un marché de Noël à Berlin: pourquoi l'Allemagne est-elle visée? - © Tous droits réservés

Au moins 12 personnes ont été tuées et 48 autres blessées après qu'un camion a foncé dans la foule lundi soir sur un marché de Noël de Berlin. La police de la capitale allemande soupçonne un attentat. Après la France, la Belgique, la Turquie ou encore les Etats-Unis, l'Allemagne est à son tour devenue une cible. Pourquoi ? Thomas Renard, chercheur à l'Institut Royal des Relations Internationales (EGMONT), a livré quelques éléments de réponse sur les ondes de La Première ce mardi matin.

Pourquoi l'Allemagne est-elle visée? 

Dans ce cas il semblerait qu'on ait affaire à un réfugié qui s'est radicalisé lors de son parcours ou après son arrivée en Allemagne. C'est un scénario similaire à ceux de cet été, lors des attentats d'Ansbach ou encore de Wurtzbourg. Ce n'est donc pas le même scénario qu'à Paris ou Bruxelles où des individus belgo-français sont revenus de Syrie pour commettre des attentats. En Allemagne, il n'y a pour le moment pas eu ce type de situation. Ils ont plutôt affaire à des personnes qui, dans le flot de réfugiés, se sont radicalisés.

Pourquoi et comment ces réfugiés se radicalisent-ils?

Cette population est vulnérable. Elle migre parfois vers l'Allemagne pour des raisons très difficiles. 

Par ailleurs, il y a en Allemagne une scène islamiste, salafiste et intégriste importante, ainsi qu'une scène djihadiste assez active. Dans le pays, il y a plus de 1000 individus liés à la scène djihadiste. Plusieurs de ces individus sont particulièrement actifs par rapport au flux de réfugiés. Ils cherchent ainsi à recruter au sein des demandeurs d'asile. Et les différents attentats le prouvent: ils rencontrent un certain succès. Sans oublier - bien sûr - les tentatives d'attentat qui ont été déjouées. 

Evidemment, c'est lié à la politique d'asile menée par Angela Merkel. Il y a en effet un flux beaucoup plus important de réfugiés vers l'Allemagne que dans le reste de l'Europe. En 2015, on comptait près d'un million de demandeurs d'asile et près de la moitié en 2016. Et statistiquement, il y a des chances d'avoir des problèmes au sein de cette population.

Un marché de Noël a été visé. Faut-il y voir un symbole particulier?

Il ne faut pas y voir un symbole, c'est plutôt une question d'opportunité. Dans le cas de Berlin, on aurait affaire à un individu qui a été radicalisé sur place par d'autres personnes.

Il a reçu l'ordre de commettre un attentat et puisque - a priori - il n'a pas reçu de formation, il a recherché une cible relativement facile pour faire le plus de dégâts avec le moins de moyens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK