Calais: le sort incertain des réfugiés encore dans la "Jungle"

Jungle de Calais: le sort des réfugiés encore dans la "Jungle" incertain
3 images
Jungle de Calais: le sort des réfugiés encore dans la "Jungle" incertain - © Tous droits réservés

Après l'évacuation d'un peu moins de 6.000 migrants de la "Jungle" de Calais, le sort des réfugiés restants qui errent dans ou autour du camp reste incertain, soulignent les organisations humanitaires dont L'Auberge des Migrants. Un grand nombre de migrants a également fui le camp mais leur destination est inconnue.

Selon les sources, des réfugiés seraient toujours présents dans et autour du camp mais ils n'ont plus d'endroit où aller parce que la plupart des équipements ont été détruits ou brûlés. La distribution de nourriture est aussi stoppée, alors que la démolition du camp se poursuit sans relâche.

Mercredi soir, 500 à 1.000 migrants, dont probablement 300 mineurs, auraient attendu en vain des bus pour les mener à un centre d'accueil. Dix bus supplémentaires auraient été fournis mais l'information n'a pas encore été confirmée aux organisations humanitaires. Beaucoup de réfugiés sont dans l'attente d'informations supplémentaires.

L'enregistrement à l'arrêt

L'enregistrement des réfugiés a également été arrêté mercredi soir et il n'est pas sûr qu'il reprendra jeudi. Beaucoup de réfugiés et de mineurs ont reçu pour consigne de retourner sur le camp. Le service de police CRS aurait également commencé à arrêter les personnes en situation illégale qui restaient, dont des enfants. Les organisations demandent l'arrêt du démantèlement de la dernière partie du camp ainsi que plus de clarté sur le sort des mineurs.

De lundi à mercredi près de 150 bus ont emmené un peu moins de 6.000 demandeurs d'asile.

Les autorités françaises estimaient au départ qu'entre 6.000 et 7.000 personnes résidaient dans le camp mais les organisations ont compté manuellement quelques milliers de personnes supplémentaires. Elles restent actives sur le camp pour les migrants qui n'ont pas pu ou voulu partir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK