Big John, le plus grand tricératops du monde, reconstitué en Italie

En Italie, une entreprise privée, spécialisée dans la recomposition des grands fossiles, est en train de préparer le plus grand tricératops jamais retrouvé sur terre. Il sera ensuite vendu aux enchères l’automne prochain, à Paris.

Dans l’entrepôt de l’entreprise Zoic à Trieste, le crâne d’un tricératops, surnommé Big John, est l’objet de toutes les attentions de cette équipe de spécialistes des grands fossiles. Mâle ou femelle, impossible de le savoir, mais les mesures de son crâne à trois cornes permettent d’affirmer qu’il est le plus grand spécimen jamais retrouvé de mémoire d’homme.

Flavio Bacchia, géologue et fondateur de cette société spécialisée depuis quarante ans dans la reconstruction et la préparation des grands fossiles, confirme qu’une étude de l’Université de Bologne indique que Big John est bien, comme son nom l’indique, un géant de son époque datant d’il y a soixante-six millions d’années. "Son crâne mesure deux mètres soixante-deux, or dans la littérature scientifique, le crâne du plus grand spécimen de cette espèce actuellement connu fait deux mètres cinquante. Il y a donc une différence assez importante entre les deux. "

Le squelette va reprendre sa dimension dans l’espace comme quand l’animal était en vie. Nous lui donnerons l’attitude du taureau de Wall Street

Ce géologue italien a eu du nez lorsqu’il décide l’an dernier d’acheter pour 350.000 euros ce fossile retrouvé dans un ranch du Dakota, aux Etats Unis, par un chercheur de dinosaures. "J’ai eu de la chance car les contrats pour l’achat de ces fossiles sont à l’aveugle, on accepte de payer mais on n’est jamais certain d’obtenir tous les ossements du dinosaure, ici nous avons soixante pour cent du corps de Big John", explique le propriétaire de l’entreprise. "Dans cette zone des Etats-Unis vivaient de nombreux dinosaures il y a des centaines de millions d’années, mais surtout, aux Etats-Unis celui qui trouve un fossile sur sa propriété peut le vendre alors qu’en Italie ou en Europe, les fossiles appartiennent aux états."

Comme un grand jeu de constructions, il faut assembler le tricératops, certains os pèsent plus de trente kilos, il faut aussi reconstruire les pièces manquantes, comme certaines parties des vertèbres ou des pieds. Au final, Big John mesurerait plus de huit mètres de long et trois mètres cinquante de haut. "Il va être magnifique. Derrière son crâne, on va recomposer son corps dans une position dynamique, et le squelette va reprendre sa dimension dans l’espace comme quand l’animal était en vie. Nous lui donnerons l’attitude du taureau de Wall Street ! "

Collectionneurs privés

En septembre, le fossile du tricératops devra quitter son entrepôt de Trieste pour rejoindre Paris, où il sera vendu aux enchères. Iacopo Briano est un expert en paléontologie pour les hôtels de vente, il possède aussi une galerie au Sablon à Bruxelles. C’est lui qui est chargé de constituer le dossier de mise en vente du fossile de tricératops. "Avant, ces squelettes de dinosaures étaient vendus aux musées, mais depuis quelques années, des collectionneurs privés s’intéressent, comme on achète des œuvres d’art, on achète un dinosaure."

C’est une fois dans une vie que l’on trouve un fossile de cette taille et de cette qualité, car son squelette est presque complet.

L’an dernier à New York, Stan le T-Rex a été vendu pour trente et un millions de dollars, frais inclus, par Christie’s, à un collectionneur anonyme. A Paris, les chiffres tournent autour des deux millions mais Big John peut prétendre à un prix à six zéros.


►►► A lire aussi : Découverte d'un nouveau dinosaure, la famille des tricératops s'agrandit


"C’est une fois dans une vie que l’on trouve un fossile de cette taille et de cette qualité, car son squelette est presque complet. De plus, il faut ajouter que les frais pour préparer ce genre de fossiles s’élèvent à des centaines de milliers d’euros et dans le prix sont compris aussi le transport et le remontage du fossile dans le lieu choisi par l’acheteur", ajoute l’expert.

Big John finira-t-il dans le salon d’un milliardaire ou sera-t-il prêté à un musée par un mécène ? La vente des dinosaures à des collectionneurs particuliers, par des sociétés privées, comme celle de Trieste, fait débat dans les milieux scientifiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK