Avis de l'ONU sur Assange: Londres "rejette", la Suède "pas d'accord"

Julian Assange a trouvé refuge dans l'ambassade d'Équateur en juin 2012.
Julian Assange a trouvé refuge dans l'ambassade d'Équateur en juin 2012. - © T.M. avec BELGAIMAGE

Londres "rejette catégoriquement" la décision d'un comité de l'ONU qualifiant de "détention arbitraire" le confinement du fondateur de WikiLeaks Julian Assange dans l'ambassade d'Equateur depuis 2012, a indiqué vendredi un porte-parole du gouvernement.

"Cela ne change rien. Nous rejetons catégoriquement l'affirmation selon laquelle Julian Assange est victime d'une détention arbitraire. Le Royaume-Uni a déjà dit clairement aux Nations unies qu'il contesterait formellement l'opinion de ce groupe de travail", a indiqué dans un communiqué ce porte-parole.

"Julian Assange n'a jamais été détenu arbitrairement par le Royaume-Uni", a-t-il martelé, affirmant que "l'opinion du groupe de travail de l'ONU ignore les faits et les protections largement reconnues du système judiciaire britannique".

"L'obligation légale de l'extrader vers la Suède"

"En fait, il évite volontairement une arrestation légale en choisissant de rester dans l'ambassade d'Equateur. Une accusation de viol est toujours en suspens et un mandat d'arrêt européen court, donc le Royaume-Uni continue d'avoir l'obligation légale de l'extrader vers la Suède", a dit le porte-parole.

"Le Royaume-Uni n'étant pas signataire de la convention de Caracas, nous ne reconnaissons pas 'l'asile diplomatique'", a-t-il également précisé.

"Aucune prise sur sa décision" de demeurer dans l'ambassade

La Suède n'est pas plus d'accord avec l'avis de l'ONU : "Le gouvernement n'est pas d'accord" avec le comité qui a appelé la Suède et la Grande-Bretagne à indemniser le fondateur de WikiLeaks.

"M. Assange est libre de quitter l'ambassade à tout moment et les autorités suédoises n'ont aucune prise sur sa décision d'y demeurer. M. Assange ne peut donc être vu comme étant privé de sa liberté du fait d'une quelconque décision ou mesure qu'auraient prise les autorités suédoises", a ajouté la diplomatie suédoise.

Par ailleurs, le gouvernement rappelle qu'il "n'a pas le droit (...) d'interférer dans une affaire en cours traitée" par la justice, en vertu de la séparation des pouvoirs.

Reclus depuis juin 2012

Depuis juin 2012, Julian Assange vit reclus dans l'ambassade équatorienne à Londres pour échapper à un mandat d'arrêt européen émis par la justice suédoise. Celle-ci cherche à interroger l'Australien qui est accusé par une Suédoise d'un viol qui aurait été commis dans la région de Stockholm en août 2010.

S'il devait être livré à la Suède, il risquerait ensuite d'être extradé vers les Etats-Unis. Dans ce pays, il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks, en 2010, de 500 000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250 000 communications diplomatiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK