Après le chaos à Calais, Londres renforce les contrôles anti-immigration

A Calais, les migrants tentent de monter dans les camions immobilisés par l'action des marins
2 images
A Calais, les migrants tentent de monter dans les camions immobilisés par l'action des marins - © VRT

Londres a annoncé ce mercredi le renforcement du contrôle de l'immigration clandestine au port de Douvres, alors que des migrants ont tenté la veille de profiter de la grève de la compagnie MyFerryLink à Calais pour monter dans des camions et rejoindre le Royaume-Uni.

Environ 200 marins grévistes de la compagnie française MyFerryLink ont paralysé mardi le trafic du port de Calais et du tunnel sous la Manche pour protester contre la vente par Eurotunnel de deux des trois bateaux exploités par MyFerryLink à la compagnie concurrente danoise DFDS.

De nombreux migrants ont tenté de profiter de la situation pour monter à bord des camions à l'arrêt dans les files d'attente, comme en témoignent les images filmées mardi par la VRT ci-dessous.

"En France, nous menons une vie médiocre, nous vivons dans une jungle. Nous n’avons rien, tout est sale. C’est pour cela que nous allons en Angleterre", explique un migrant qui ne souhaite pas être reconnu. Ces réfugiés sont originaires d’Afghanistan, du Pakistan, du Soudan ou d’Erythrée. Un camionneur a fait placer un énorme cadenas à l’arrière de son véhicule, et y a mis des scellés : "Si les scellés sont brisés, je vois" que quelqu’un est monté.

Les policiers étaient sur tous les fronts : contrôle des essieux et de l’intérieur des camions. Mais il fallait aussi tenter de déloger les grévistes qui bloquaient la route. La tension était très forte.

Contrôles renforcés

La proximité de la Grande-Bretagne attire depuis des années à Calais, son point d'accès le plus proche depuis le continent européen, les clandestins en quête de passage vers ce qu'ils voient comme l'"eldorado" britannique. Environ 3000 migrants se trouvent actuellement à Calais avec comme dessein de rejoindre l'Angleterre, selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais.

Les autorités britanniques ont renforcé encore les contrôles depuis ce mercredi : "Nous avons mis des ressources supplémentaires au port de Douvres pour améliorer les contrôles et la détection (des clandestins)", a déclaré James Brokenshire, secrétaire d’État britannique à l'Immigration et la Sécurité, sur la BBC, précisant être en "contact étroit" avec les autorités françaises sur cette question.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK