Reconnaissance du génocide arménien par la Chambre: insuffisant le projet de résolution?

Georges Dallemagne, député fédéral cdH
Georges Dallemagne, député fédéral cdH - © DIRK WAEM - BELGA

C'était attendu après les propos très clairs du Premier ministre Charles Michel devant la Chambre jeudi dernier, reconnaissant officiellement au nom du gouvernement le génocide arménien.

La majorité, via le député Peter De Roover (N-VA), a déposé mercredi matin son projet de résolution visant à faire reconnaître, par la Chambre cette fois, le génocide arménien.

Un texte qui devrait être pris en considération ce jeudi, renvoyé rapidement en commission et adopté d'ici l'été par la Chambre. Sauf que, de l'avis opposition, ce texte paraît bien insuffisant, notamment du côté du cdH : insuffisant, peu clair, et cherchant, à "adoucir quelque peu la Turquie".

"Ce texte affaiblit la portée des propos du Premier ministre"

C'est en tout cas le point de vue de Georges Dallemagne, député fédéral cdH, auteur d'une autre résolution en la matière. "D'abord, ce texte affaiblit la portée des propos du Premier ministre puisque c'est une résolution qui vise à commémorer le centenaire, commente-t-il. Je trouve qu'on aurait dû être beaucoup plus clair dans l'intitulé de cette résolution."

"Et puis, le premier élément de cette résolution, son premier paragraphe, revient à s'excuser auprès de la Turquie du dépôt de ce texte puisqu'il s'agit de dire que la Turquie n'a rien à voir avec les massacres des Arméniens en 1915. Je pense que, dans les annales du Parlement, je n'ai jamais vu de résolution qui commençait comme cela, alors qu'il aurait été très simple de dire que le Parlement reconnaît la réalité du génocide arménien."

"Je crois qu'on attend du Parlement aujourd'hui et de la Belgique derrière ce parlement des propos clairs, limpides, simples concernant l'un des plus graves massacres du 20ème siècle, qui reste un élément extrêmement important dans l'histoire européenne et qui a inspiré d'autres génocides en Europe", conclut le député centriste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK