Bois, écologie, formation : un tiercé gagnant en Slovénie

Le bois, ressource essentielle de la Slovénie
Le bois, ressource essentielle de la Slovénie - © RTBF

La Slovénie est un pays de forêts. Elles couvrent plus de 60% du pays. Proportionnellement, la Slovénie est ainsi, le troisième pays le plus boisé de l'Union européenne. Avec l'eau, c'est une des rares ressources naturelles du pays.

Ces forêts composées de feuillus et de conifères sont entretenues et exploitées. A la fois comme bois de chauffage sous différentes formes, bois de construction ou d'ameublement mais aussi pour fabriquer du papier ou du carton.

La filière bois est traditionnelle dans la région de Maribor. Avant elle était relativement complète. Aujourd'hui la forêt est gérée par des coopératives ou des sociétés privées. Elle semble bien gérée puisque la couverture forestière continue à croître malgré son exploitation. En revanche, il n'y plus suffisamment de scieries pour produire les besoins nécessaires à l'industrie du bois. A la fin de la Yougoslavie, il n'y a pas eu d'investissements suffisants pour permettre aux scieries existantes de rester compétitives. Une grande partie du bois exploité dans la région s'en va en Autriche et en Italie pour revenir sous une forme en Slovénie sous forme de planches.

Parmi les usages traditionnel du bois dans cette région : la construction de maison partiellement ou totalement en bois. A l'époque titiste déjà une entreprise de Maribor était reconnue. Marles reste une des grosses entreprises du secteur.

C'est de cette firme que vient le fondateur de l'usine que j'ai visitée. Milan Lukič a fait toute sa carrière chez Marles dont il était le directeur au moment de l'effondrement de la Yougoslavie. Il a aussi une carrière d'expert puisqu'il a été conseiller du ministre de l'Economie.

En 1992, il décide de créer sa propre entreprise de construction de maisons de bois. Une création à laquelle il s'était préparé. Comme il l'explique dans l'interview annexée au reportage en tant que cadre de l'ancien régime il se rendait compte de l'impasse vers laquelle se dirigeait son pays. Ils avaient aussi un salaire qui lui permettait de faire des économies. C'est grâce à celles-ci et à un prêt qu'il a pu fonder son entreprise.

Aujourd'hui, Lumar, est toujours une entreprise familiale. Elle a remboursé les prêts du début et selon ses dirigeants n'a plus de dette. C'est une entreprise dynamique qui a commencé à investir en France et qui vend des maisons dans la région mais aussi plus loin en Italie, en Allemagne, en Suisse.

Et cela malgré la crise qui, ici comme ailleurs, a touché le secteur de la construction.

J'ai voulu connaître les raisons de cette réussite.

Christian Dupont

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK