Johan Vande Lanotte: "Geler le prix des énergies"

Johan Vande Lanotte: "Geler le prix des énergies"
2 images
Johan Vande Lanotte: "Geler le prix des énergies" - © Tous droits réservés

Johan Vande Lanotte, vice-premier ministre sp.a, était l’invité de Bertrand Henne ce mercredi matin sur La Première. Le ministre de l'Economie est revenu notamment sur les propos de Steven Vanackere par rapport à la nécessité d'ajuster l'index des salaires.

Invité par Bertrand Henne dans Matin Première, Johan Vande Lanotte a réagi par rapport aux déclarations de Steven Vanackere ce matin dans la presse flamande. Le ministre fédéral des Finances a en effet proposé d’ajuster l’index des salaires afin d’améliorer la compétitivité du pays. "Par rapport à ce que Steven Vanackere dit, il y aura une étude de la banque nationale, c’est clair. Et à partir de là, le sujet sera placé sur la table du gouvernement. Il n’a pas dit plus que ça. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut changer le mécanisme de l’indexation".

Pour le vice-Premier ministre, la priorité actuelle est de geler les prix des énergies qui ne cessent d'augmenter ces derniers mois: "Tout le monde sait que les partis socialistes ne sont pas favorables à ce changement. C’est pour ça que je pense qu’il est très important, au moment où le budget sera fait, que l’on soit prêt au niveau des discussions concernant le prix des énergies comme le gaz et l’électricité. Melchior Wathelet et moi avons déjà déposé des propositions pour geler les prix. Il s’agit pour moi d’un pas important pour combattre l’inflation".

Concernant l'index lui-même, Johan Vande Lanotte pense qu'il est possible d'améliorer le concept, mais réfute toute modification en profondeur de l'outil: "Je pense que l’on peut toujours en parler et améliorer les choses avec une concertation sociale. L’index ne reflète actuellement pas toujours la réalité des choses mais son principe même, on doit le maintenir tel qu’il est. On peut l’améliorer, ce qui aura pour conséquence qu’il monte à certains moments plus vite ou moins vite. Mais on ne peut pas changer l’outil de l’indexation des salaires".

"Un gel aura un impact très réel pour le citoyen"

Mais d'après le ministre de l'Economie, pour que le gel ait un véritable impact, il faut qu'il dure suffisamment longtemps: "Il faut bien faire la différence entre les prix eux-mêmes et les tarifs de distribution. Si ce que l’on propose est gelé pendant deux ou trois ans, ça veut dire en fait qu’il diminue, car, avec l’inflation, l’impact direct des prix diminue", déclare-t-il avant d'ajouter: "Concernant les tarifs de distribution, nous comptons aller plus loin. Ce n’est pas rien quand on sait que cela représente 40% de la facture d’électricité. Si on peut geler cela pendant deux ou trois ans, l’impact ne prendra pas effet d’un coup mais sur cette durée, il sera au final vraiment réel".

Enfin, Johan Vande Lanotte pense que le gouvernement doit s'atteler au démantèlement du monopole d'Electrabel concernant la production d'électricité:  "Structurellement, il faut arriver à un démantèlement du monopole d’Electrabel. Nous avons déjà libéralisé les fournisseurs, mais la production reste assez monopolistique car 60 à 70% de la production reste dans une seule main. Il n’y a pas de concurrence et c’est quelque chose sur lequel le gouvernement doit travailler".

F. Genette

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK