Zimbabwe: trois morts dans les manifestations post-électorales à Harare, selon la police

Trois personnes ont été tuées lors de manifestations post-électorales mercredi à Harare, a annoncé la police du Zimbabwe, après l'intervention de l'armée à balle réelle contre des partisans de l'opposition qui dénonçaient des fraudes aux scrutins de lundi.

"La police de la République zimbabwéenne voudrait confirmer la mort regrettable de trois personnes pendant les émeutes et la mêlée qui s'est produite dans le centre de Harare", a déclaré la porte-parole de la police Charity Charamba à la télévision nationale.

Plus tôt dans la journée, l'opposition a dénoncé des tirs de gaz lacrymogène de la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des partisans de l'opposition, qui accusent la commission électorale de truquer les résultats des élections générales, a constaté une journaliste de l'AFP.

Résultats constestés

Les manifestants, massés devant des bureaux temporaires de la commission électorale, ont riposté à coups de pierres. Certains brandissaient des affiches de l'opposition et ont allumé un feu dans la rue. "Non au mauvais décompte", pouvait-on lire sur une pancarte.

Plus tôt mercredi, la commission avait annoncé que le parti au pouvoir depuis 1980, la Zanu-PF, avait remporté la majorité des sièges à l'Assemblée nationale. Les résultats de la présidentielle n'ont pas encore été annoncés mais le chef de l'opposition, Nelson Chamisa, a affirmé qu'ils étaient en train d'être truqués.

Des élections présidentielle, législatives et municipales étaient organisées lundi au Zimbabwe, les premières depuis la chute de Robert Mugabe en novembre, après trente-sept ans au pouvoir.

Zimbabwe: mesures de sécurité dans les rues de la capitale Harare

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK