Yémen: trois des 16 suspects d'Al-Qaïda jugés disent avoir combattu en Irak

Trois des seize membres présumés d'une cellule d'Al-Qaïda, jugés au Yémen, ont reconnu mardi avoir combattu en Irak mais l'un d'eux a nié les accusations portées contre lui par la justice yéménite.

Les membres de la cellule, onze Yéménites, quatre Syriens et un Saoudien, sont jugés depuis le 11 mars pour appartenance au réseau Al-Qaïda et pour avoir perpétré au moins 13 attaques armées, dont l'une a tué deux touristes belges et d'autres ont visé des intérêts américains, dont l'ambassade des Etats-Unis.

"J'ai signé les procès verbaux des interrogatoires sous une très forte contrainte", a déclaré devant le tribunal Hossam al-Amoudi, un Yéménite de 25 ans, ajoutant: "J'ai été arrêté en Syrie après avoir été atteint par un éclat d'obus en Irak ou je menais le jihad".

Il a toutefois nié toutes les accusations portées contre lui au Yémen, en affirmant: "Je n'en sais absolument rien".

Deux autres prévenus yéménites, Khaled Batis, 32 ans, et Raoui Saïri, 22 ans, ont également reconnu avoir combattu en Irak.

Le juge, Mohsen Alouane, a fixé la prochaine audience au 31 mars.

Le Yémen a connu ces derniers mois des attentats contre les services de sécurité, des installations pétrolières, des intérêts occidentaux et des touristes étrangers, la plupart revendiqués par la mouvance Al-Qaïda.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK