Yémen: les rebelles chiites contrôlent le siège du gouvernement à Sanaa

Simultanément, le Premier ministre Mohamed Basindawa a démissionné en signe de protestation contre le président Abd Rabbo Mansour Hadi qu'il accuse de "monopoliser le pouvoir", ont indiqué les mêmes responsables, dont les propos ont été confirmés par un porte-parole d'Ansaruallah.

L'agence officielle Saba a annoncé la démission de M. Basindawa, sans préciser les raisons. Les rebelles chiites, dits houthis, ont par ailleurs pris le contrôle ou assiègent d'importants sites militaires à Sanaa, dont le commandement de la 6ème région militaire, le siège de l'Etat-major des forces armées et la 4ème brigade, selon les mêmes sources.

Ces développements, qui donnent un avantage militaire à la rébellion dans la capitale, interviennent au lendemain de l'annonce par l'émissaire de l'ONU Jamal Benomar de l'imminence d'un accord politique pour une sortie de crise au Yémen, au terme d'une médiation auprès du chef d'Ansaruallah Abdel Malek al-Houthi dans son fief à Saada (nord).


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK