Yémen: l'ONU tente d'éviter une "bataille féroce et sanglante" à Hodeida

Des soldats soudanais membres de la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, le 7 juin 2018 près d'Al Jah, à 50 km du port de Hodeida, au Yémen
6 images
Des soldats soudanais membres de la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, le 7 juin 2018 près d'Al Jah, à 50 km du port de Hodeida, au Yémen - © NABIL HASSAN

Les Nations unies se sont mobilisées lundi pour éviter "une bataille féroce et sanglante" à Hodeida, ville stratégique du Yémen dont le port est crucial pour le passage de l'aide humanitaire dans ce pays déchiré par la guerre.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est entretenu avec le nouveau ministre yéménite des Affaires étrangères au siège de l'organisation à New York, alors qu'une attaque contre Hodeida serait imminente selon le Royaume-Uni.

Selon M. Guterres, l'émissaire de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths mène en outre d'"intenses négociations" avec les rebelles Houthis, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis pour "éviter une confrontation militaire à Hodeida".

Et le Conseil de sécurité s'est réuni à huis clos pour entendre M. Griffiths, qui parlait par visio-conférence depuis la Jordanie, alors que les forces gouvernementales yéménites alliées à la coalition sont à dix kilomètres de la ville portuaire.

Près de 10.000 mort

L'Arabie saoudite a pris en mars 2015 la tête d'une coalition militaire pour aider le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu internationalement, face aux rebelles chiites soutenus par l'Iran qui se sont emparés de vastes pans du territoire dont la capitale Sanaa.

Le conflit a fait près de 10.000 morts et provoqué selon l'ONU la "pire crise humanitaire au monde". Certaines régions du Yémen sont au bord de la famine.

Pendant sa rencontre avec le ministre Khaled Alyemany, M. Guterres a souligné que "tout le monde devrait redoubler d'efforts pour trouver une solution politique et éviter une bataille féroce et sanglante à Hodeida", a indiqué le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

L'émissaire spécial pour le Yémen a de son côté relancé l'idée de placer le port de Hodeida entre des mains neutres, selon des diplomates.

Après la réunion du Conseil de sécurité, l'ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vassily Nebenzia, a appelé à l'apaisement.

Archives: assassinat du chef politique rebelle au Yémen, menaces de vengeance 24/04/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK