Washington veut une résolution de l'ONU contre la Birmanie

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.
L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley. - © HECTOR RETAMAL - AFP

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a réclamé lundi une résolution rapide du Conseil de sécurité contre la Birmanie dans la crise des Rohingya, dénonçant, sans nommer la Chine, ses obstructions pour des "raisons cyniques et d'intérêt personnel".

"L'implication active du Conseil de sécurité est essentielle pour mettre un terme à la crise des Rohingya", a souligné la diplomate lors d'une réunion rendant compte d'une récente visite de cette instance dans la région. "Nous savons ce que nous devons faire et ne pouvons laisser des intérêts politiques et économiques de court terme nous écarter de faire ce qui doit être fait".

"Nous avons les moyens uniques pour encourager les Birmans à franchir de réelles étapes pour résoudre cette crise et nous devons les utiliser", a poursuivi Nikki Haley, sans préciser si elle pensait à une prise de sanctions. "Nous devons agir rapidement pour adopter une résolution qui liste les étapes à franchir pour résoudre cette crise humanitaire et liée aux droits de l'Homme, énorme et qui se développe", a insisté l'ambassadrice.

Pas de "nettoyage ethnique"

Depuis août 2017, quelque 700.000 musulmans rohingyas, cibles d'opérations de l'armée birmane dans l'ouest du pays, ont fui vers le Bangladesh où ils vivent dans des campements sommaires. La Birmanie a rejeté les accusations de nettoyage ethnique, affirmant n'avoir cherché qu'à neutraliser des extrémistes rohingyas.

En raison de l'opposition de la Chine, le Conseil de sécurité de l'ONU n'a jamais pu adopter de résolution, se bornant à réclamer à la Birmanie l'arrêt de ses opérations militaires, un accès humanitaire sans restriction et le retour des réfugiés rohingyas.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK