Washington sanctionne une entreprise d'Etat birmane de production de pierres précieuses

L'administration américaine a déjà imposé des sanctions contre des dirigeants de l'armée birmane, qui a pris le pouvoir le 1er février en arrêtant la dirigeante civile Aung San Suu Kyi.
L'administration américaine a déjà imposé des sanctions contre des dirigeants de l'armée birmane, qui a pris le pouvoir le 1er février en arrêtant la dirigeante civile Aung San Suu Kyi. - © DENE-HERN CHEN - AFP

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des sanctions contre une entreprise d'Etat birmane de production de pierres précieuses, disant vouloir priver de cette manne la junte militaire, responsable d'une féroce répression contre les manifestants pro-démocratie.

Le département américain du Trésor a annoncé qu'il gèlerait tous les avoirs concernés et interdirait toute transaction avec cette compagnie, Myanmar Gems Enterprise, qui supervise l'activité minière et la commercialisation du jade et d'autres pierres précieuses. Washington s'engage à "priver l'armée birmane de sources de financement, issues notamment d'entreprises d'Etat clés à travers la Birmanie", a indiqué Andrea Gacki, responsable qui supervise les programmes de sanctions.

Sanctions contre des dirigeants

"Les Etats-Unis continueront de travailler sans relâche, notamment avec des partenaires dans la région et dans le monde entier, en faveur du rétablissement de la démocratie et de l'Etat de droit en Birmanie, ainsi que pour tenir responsables ceux qui cherchent à saper ces valeurs."

L'administration américaine a déjà imposé des sanctions ciblées contre des dirigeants de l'armée birmane, qui a pris le pouvoir le 1er février en arrêtant la dirigeante civile Aung San Suu Kyi, et réprime durement toute contestation depuis, faisant des centaines de morts. 

Les sanctions annoncées jeudi ne vont pas jusqu'à réimposer d'interdiction totale sur les ventes de jade et rubis birmans, comme c'était le cas lorsque la junte était auparavant au pouvoir. Cette mesure, levée en 2016 par le Congrès américain, était accusée d'être néfaste pour les mineurs et les commerçants qui souffraient déjà du joug militaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK