Votation sur l'immigration : les Suisses disent largement non à la limitation de la libre circulation avec l'UE

Votation sur l’immigration : les Suisses disent largement non à la limitation de la libre circulation avec l’UE
Votation sur l’immigration : les Suisses disent largement non à la limitation de la libre circulation avec l’UE - © FABRICE COFFRINI - AFP

Les Suisses ont dit non à une large majorité dimanche à une initiative de la droite populiste qui aurait limité l’immigration des ressortissants de l’Union européenne, selon les projections publiées peu après la clôture des bureaux de vote.

Selon l’institut de sondage GFS Bern, les électeurs ont rejeté à 63% l’initiative dite de limitation lancée par l’UDC, le premier parti du pays mais à laquelle s’opposaient l’ensemble des autres forces politiques ainsi que le monde économique.


►►► À lire aussi : Coronavirus : la Suisse étend sa liste de régions à risque à dix pays européens dont la Belgique


Selon le parti, la Suisse souffre "d’une immigration incontrôlée et excessive" qui menacerait les emplois. Quelque 75.000 travailleurs de l’Union européenne émigreraient chaque année vers la Suisse.

Les Suisses ont également voté sur l’instauration de deux semaines de congé de paternité, approuvant la proposition à une nette majorité.

Si depuis 2005, la loi accorde aux mères en activité 14 semaines de congés payés après la naissance d'un enfant, les pères eux n'avaient droit qu'à un ou deux jours s'ils sont employés. Et rien pour les indépendants.

Après d'innombrables tentatives, le parlement suisse a fini par adopter en septembre de l'année dernière un congé paternité de deux semaines, à prendre sous forme de bloc ou de jours isolés dans les six mois suivant la naissance de l'enfant. Il restait aux Suisses à se prononcer par référendm.

Comme pour le congé maternité, l'allocation prévue pour les pères correspond à 80% du revenu moyen, mais peut s'élever au maximum à 196 francs suisses par jour. Pour deux semaines, les pères pourront ainsi toucher un montant maximal de 2.744 francs suisses (2.550 euros).

L’achat d’avions de chasse et l’assouplissement de la loi sur la chasse au loup seraient également approuvés, quoique de façon plus restreinte, selon une projection de l’institut GFS Bern.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK