Vol de l'inscription "Arbeit macht Frei" d'Auschwitz

"L'inscription a été volée tôt le matin", a déclaré à l'AFP le porte-parole du musée, Jaroslaw Mensfelt. "C'est une profanation de l'endroit où plus d'un million de personnes ont été assassinées. C'est honteux", a-t-il dit.

"Il s'agit du premier cas aussi grave de vol en ce lieu", selon Jaroslaw Mensfelt. "Celui qui l'a fait, devait bien savoir ce qu'il volait et comment il fallait s'y prendre", a-t-il ajouté.

L'inscription en fer forgé, de cinq mètres de long, n'était pas difficile à décrocher du dessus de la grande porte "mais il fallait le savoir", a-t-il précisé.

La police a lancé une enquête et le préfet a promis son soutien. Plusieurs dizaines de policiers, accompagnés de chiens, sont sur les lieux. Des barrages de police ont été posés sur les routes de la ville d'Oswiecim (Auschwitz en polonais).

"Toutes les pistes sont possibles, mais nous privilégions celle de vol sur commande d'un collectionneur privé ou d'un groupe de gens", a déclaré à l'AFP Malgorzata Jurecka, porte-parole de la police d'Oswiecim.

Un vol offensant, qualifié de "plaisanterie macabre"

Le chef historique du syndicat Solidarité et ancien président Lech Walesa s'est dit "choqué" par ce vol : "C'est impensable. J'espère que tout cela s'avèrera une plaisanterie macabre de voleurs de ferraille qui ne savaient pas ce qu'ils volaient", a-t-il déclaré à la chaîne d'information en continu tvn24.

Mais pour la porte-parole de la police, "la piste des voleurs de ferraille paraît moins probable vu le professionnalisme des voleurs et la valeur de l'objet", a-t-elle dit.

"Un chien policier nous a conduits vers un trou dans le mur d'enceinte, normalement fermé avec une grille, du côte de la rivière où il n'y a pas d'habitations. La grille a été arrachée. Les voleurs devaient disposer d'une grande voiture car le panneau mesure cinq mètres de long", a précisé Malgorzata Jurecka.

Le site du camp d'Auscwitz-Birkenau est fermé la nuit et gardé par des vigiles.

"La police est en train de visionner les enregistrements d'un système de caméras de surveillance du musée et des enregistrement du système de monitoring urbain", a ajouté Malgorzata Jurecka.

La police polonaise a promis une récompense de 5000 zlotys (1200 euros) à toute personne dont les information pourraient aider à retrouver l'inscription et arrêter les coupables.

L'Allemagne nazie a exterminé de 1940 à 1945 à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de juifs. Les autres victimes de ce camp furent surtout des Polonais non-juifs, des Roms et des prisonniers soviétiques.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK