Violentes frappes sur Tripoli, les USA demandent à M. Kadhafi de partir

Bombardements sur Trioli
Bombardements sur Trioli - © MOHAMED MESSARA (EPA)

Les raids aériens de l'Otan ont visé le secteur de la résidence de Mouammar Kadhafi dans la capitale libyenne. Au moins trois personnes ont été tuées et 150 blessées, selon le gouvernement libyen. Ces frappes interviennent alors que la France et le Royaume-Uni ont annoncé l'envoi d'hélicoptères pour des frappes au sol plus précises.

La pression s'accentue sur Mouammar Kadhafi. Sur le plan militaire, la France et le Royaume-Uni vont envoyer des hélicoptères de combat en Libye. Avec cette décision, les opérations de la coalition internationale vont prendre une nouvelle tournure.

Les hélicoptères pourront mieux cibler les opérations, ce qui va permettre de soutenir plus efficacement les opposants, tout en limitant les dégâts collatéraux, particulièrement en ville. En revanche, en intervenant plus près des combats, les militaires français et britanniques prennent plus de risques.

Sur le plan diplomatique, la pression est aussi montée d'un cran. Après l'ouverture, ce week-end, d'un bureau de l'Union européenne à Benghazi, capitale des rebelles, les pays européens ont considéré, lundi, le Conseil national de transition comme un interlocuteur politique clé représentant les aspirations du peuple libyen.

Parallèlement, un haut diplomate américain au Moyen-Orient a visité, lundi, Benghazi. Il a appelé le colonel Kadhafi à prendre le chemin de l'exil.

A noter enfin que le chef du CNT a rencontré, lundi, à Ankara, le Premier ministre et le président turc. Ces derniers développements offrent de nouveaux succès diplomatiques à la rébellion libyenne.

 

Nicolas Willems

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK