Violente manifestation samedi soir en Albanie

Des affrontements avec la police ont fait plusieurs blessés dans la capitale Tirana. L’opposition était descendue dans la rue pour protester contre le gouvernement. Ce que demandent les manifestants, c’est la démocratie avant tout. Une Albanie plus européenne, libérée de la corruption et du crime organisé.

Va-t’en, Rama ! Pars !

Une personne symbolise tous ces maux : c’est le Premier ministre Edi Rama. Le chef de l’opposition de droite Lulzim Basha lui a envoyé un signal clair. « Nous sommes ici pour lui donner un message clair et final : nous ne vous laisserons plus entraver notre chemin vers l’Europe ! Va-t’en, Rama ! Pars ! »

Parmi les manifestants, certains comparent l’actuel Premier ministre au régime communiste renversé en 1990. « Aujourd’hui, nous manifestons pour nos droits, pour la liberté, la démocratie, parce que c’est pire qu’Enver HoDJa. C’est tout à fait du communisme totalitaire. Il y a eu beaucoup de monde. Des femmes, des filles et des étudiants. Cela montre que c’est une révolte populaire. »

La manifestation avait débuté dans le calme, en fin de journée au centre de Tirana. Mais à la nuit tombée, des heurts ont éclaté. Pétards, cocktails Molotov, peinture ont été lancés contre les bureaux du Premier ministre. Il y a eu une dizaine de policiers blessés, ainsi que plusieurs manifestants.

L’opposition réclame maintenant depuis 3 mois la démission du Premier ministre Edi Rama et des élections anticipées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK