Violences policières : pour Donald Trump, la police est "traitée injustement dans notre pays"

Trump avait annoncé l'interdiction des prises d'étranglement.
Trump avait annoncé l'interdiction des prises d'étranglement. - © ALEX WONG - AFP

Le président américain Donald Trump a estimé ce mercredi que la police américaine était "traitée injustement", lors d’une interview télévisée où il a semblé prendre la défense d’un policier blanc ayant tué un homme noir la semaine dernière à Atlanta.

Le policier Garrett Rolfe a été inculpé de meurtre ce mercredi, cinq jours après avoir abattu un jeune Afro-américain, Rayshard Brooks, un drame qui a ravivé la colère antiraciste aux Etats-Unis.

"C’est une situation terrible, mais on ne peut pas résister à un policier", a déclaré le président américain lors de cette interview à Fox News. "J’espère qu’il va être jugé de façon équitable, parce que la police a été traitée injustement dans notre pays", a-t-il ajouté. "Mais encore une fois, vous ne pouvez pas résister à un policier comme ça. Et ils sont entrés dans une terrible dispute et voyez comment ça s’est terminé. Très mauvais. Très mauvais", a poursuivi Trump.

Une vidéo a révélé qu’après lui avoir tiré dessus, le policier avait donné un coup de pied à sa victime, alors que celle-ci était à terre et perdait son sang.

Contexte tendu

Cette affaire survient moins de trois semaines après la mort de George Floyd, asphyxié sous le genou d’un policier blanc le 25 mai à Minneapolis, qui a provoqué aux Etats-Unis une immense vague de colère et de manifestations devenue mondiale contre le racisme et les brutalités policières.

Mardi, Trump avait annoncé l’interdiction des prises d’étranglement, sauf en cas de danger pour la vie du policier, et ordonné une réforme limitée des forces de l’ordre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK