Violences et affrontements dans les rues de Tunis dans la nuit

Dans les rues de Tunis (archive)
Dans les rues de Tunis (archive) - © AFP

Des groupes d'assaillants, dont des salafistes, se sont affrontés avec les forces de l'ordre dans plusieurs endroits de la capitale tunisienne dans la nuit de lundi à mardi, et ont attaqué des locaux administratifs, a indiqué mardi le ministère de l'Intérieur, faisant état de 46 arrestations.

Sept policiers ont été légèrement blessés dans ces violences, provoquées par des groupes "mixtes" mêlant salafistes et malfaiteurs, qui se sont rassemblés en soirée en plusieurs lieux de Tunis, a précisé à l'AFP le porte-parole de l'Intérieur Khaled Tarrouche.

Des locaux du tribunal de la cité populaire d'Essijoumi (ouest de Tunis) ont été incendiés et pillés, des postes de police à La Marsa (banlieue chic du nord) attaqués, a-t-il dit, précisant que les assaillants ont été repoussés à coup de gaz lacrymogènes.

A Essijoumi, un photographe de l'AFP a constaté que le bureau du procureur au sein du tribunal avait été totalement incendié, ainsi qu'un camion de la Protection civile brûlé au milieu de la rue.

Les violences ont également touché les cités populaires d'Ettadhamen et Intilaka dans l'ouest de la capitale, et la tension restait vive dans ces quartiers selon le photographe de l'AFP.

A La Marsa, les assaillants ont tenté de pénétrer dans le palais Abdellia, où une exposition dans le cadre du "Printemps des arts" avait provoqué dimanche la fureur d'islamistes. Plusieurs oeuvres jugées offensantes pour l'islam avaient été détruites dans la nuit de dimanche à lundi par des groupes qui s'étaient introduits dans le palais.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK