Viol présumé par un policier: Théo est sorti de l'hôpital et s'exprime dans une vidéo

Viol présumé par un policier: Théo est sorti de l'hôpital et adresse un message (vidéo)
Viol présumé par un policier: Théo est sorti de l'hôpital et adresse un message (vidéo) - © Tous droits réservés

L'affaire Théo - et son viol présumé à la matraque - a profondément marqué la société française. Depuis la violence interpellation de ce jeune Français par quatre policiers à Aulnay-sous-Bois, en banlieue parisienne, la rue s'est embrasée à plusieurs reprises. Deux semaines plus tard, Théo est finalement sorti de l'hôpital. Il adressé un message à "tout ceux qui le soutiennent" via une vidéo publiée sur Facebook.

Un très très grand merci

En compagnie de sa soeur et sa mère, Théo explique: "Grâce à Dieu, je suis sorti de l'hôpital sur mes deux jambes. Lorsque j'y suis entré, c'était en fauteuil roulant et en très mauvais état. Je tenais à vous dire un très très grand merci. Vos lettres, vos visites, tout ce que vous avez fait pour moi durant ma convalescence ont fait qu'aujourd'hui je suis parmi vous".

 

Il promet qu'il répondra à tous les messages, mais pour le moment, dit-il, "je suis encore très très fatigué, la blessure n'est pas encore guérie".

Suite à son interpellation, Théo avait du être opéré et hospitalisé. Il présentait une section du sphincter anal et une lésion du canal anal de dix centimètres de profondeur, ainsi que des ecchymoses au visage et au crâne.

Des rapports conflictuels avec la police

L'affaire a connu un nouveau rebondissement mardi avec le témoignage dans la presse d'un de ses amis qui affirme avoir été passé à tabac par l'un des policiers impliqués dans l'interpellation de Théo, une semaine plus tôt. Un nouveau dossier dont la police des polices a été saisie par le ministre de l'Intérieur français Bruno Le Roux.

Les rapports sont conflictuels entre jeunes et policiers dans ces quartiers sensibles où vivent de nombreux jeunes issus de l'immigration africaine et maghrébine. Cette question avait déjà été au coeur des émeutes qui avaient enflammé la France en 2005, pendant trois semaines, après la mort de deux adolescents électrocutés dans un transformateur, où ils se cachaient de la police.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK