Viol collectif en Inde: le suicide de l'instigateur dû à des négligences

Selon cette enquête, demandée par le gouvernement, trois responsables de la prison ont négligé leurs responsabilités en omettant de vérifier que Ram Singh était bien vivant dans sa cellule, selon le Hindustan Times, qui cite des sources anonymes.

Une des trois personnes chargées de surveiller Singh, retrouvé mort dans sa cellule de la prison Tihar de New Delhi le 11 mars au matin, ne s'était pas présenté au travail la veille au soir.

"Il n'y avait pas de garde de surveillance cette nuit-là", a déclaré cette source au quotidien. Selon une autre source, les images de vidéo surveillance montrent qu'un autre garde, qui aurait dû effectuer des rondes, n'avait pas quitté son bureau.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la prison n'a pas souhaité confirmer ces informations, indiquant que l'enquête était toujours en cours.

Ram Singh était l'instigateur présumée du viol collectif d'une étudiante dans un bus de New Delhi, le 16 décembre, un fait-divers qui a révolté le pays et suscité une réflexion sur les violences infligées aux Indiennes. La jeune femme avait succombé à ses blessures quelques quelques jours plus tard.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK