Victoire des ultraconservateurs polonais: "Il y avait un besoin d'alternance"

Une première depuis la chute du communisme en 1989 : un unique parti est capable de former un gouvernement.
Une première depuis la chute du communisme en 1989 : un unique parti est capable de former un gouvernement. - © JANEK SKARZYNSKI - AFP

En Pologne, c'est une première depuis la chute du communisme en 1989 : un unique parti sera capable de former un gouvernement après les élections législatives d'hier. Ce parti, c'est le PiS (Droit et Justice), parti ultraconservateur présidé par l'ancien premier ministre et frère du de l'ancien président, Jaroslaw Kaczynski. Nous nous sommes entretenus avec Frédéric Zalewski, chercheur à l'Université Paris 10, spécialiste de la politique polonaise.

Les conservateurs ont-ils remporté les élections en s’opposant fermement à l’arrivée de réfugiés en Europe et en particulier en Pologne?

"La presse internationale en a beaucoup parlé parce que c’est une question qu’elle traite, elle aussi. Mais je pense que cela a joué de façon assez marginale pour le parti Droit et Justice dans la mesure où l’on a bien vu, au printemps, que le candidat à l’élection présidentiel présenté par le PiS, Andrzej Duda, avait déjà remporté le scrutin. Il y avait, dans l’opinion polonaise, un besoin de changement et d'alternance".

Quelles sont les positions de ce parti sur l’immigration, sur l’accueil des réfugiés, sur le droit d’asile ?

"Pendant la campagne, ils ont utilisé une posture assez facile qui consistait à critiquer le gouvernement pour avoir cédé aux injonctions de l’Union Européenne et de l’Allemagne en particulier. Je pense que ce qui compte c’est le rapport à l’Union Européenne davantage que l’immigration. La Pologne est un pays d’émigration. Le problème qui revient beaucoup dans le débat public notamment lors des deux campagnes électorales, présidentielles puis législatives, c’est la question des Polonais qui sont partis à l’étranger, principalement au Royaume-Uni et en Irlande, et de la façon dont on pourrait faciliter leur retour".

Ces derniers temps les tensions se sont accrues entre la Pologne et la Russie sur fond de crise ukrainienne. Comment se situe le parti Droit et Justice (PiS) dans ce débat ?

"La position du Pis face à la Russie est plus dure que celle de PO (la Plate-forme civique des libéraux conservateurs) notamment à cause de la catastrophe de Smolensk pendant laquelle Lech Kaczynski avait perdu la vie. Il y a donc une frange dure au sein du Pis qui considère que c’est une action qui a été perpétrée par la Russie. Ils plaident donc pour privilégier la relation avec l’OTAN et avoir une position dure face à la Russie".

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK