Viande surgelée depuis 12 ans, étiquettes falsifiées: au Kosovo, l'affaire Veviba remonte à 2016

Viande surgelée depuis 12 ans, étiquettes falsifiées: au Kosovo, l'affaire Veviba remonte à 2016
Viande surgelée depuis 12 ans, étiquettes falsifiées: au Kosovo, l'affaire Veviba remonte à 2016 - © pixabay.com - webandi - CC0 Creative Commons

Des morceaux de carcasse et des bouts de peau dans le hachis, une viande verdâtre surgelée depuis douze ans, des étiquettes déchirées et falsifiées… Au Kosovo, l’affaire Veviba remonte à septembre 2016 quand un commerçant de Prizren, dans le sud du pays, alerte les autorités qu’un des conteneurs qu’il a acheté en Belgique renferme de la viande avariée. L’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire est prévenue et se rend sur place, tandis qu’en Belgique, le Parquet ouvre une instruction.

Il faudra attendre plus d’un an et demi pour les premières perquisitions. Entre-temps, un ouvrier de l’usine Veviba à Bastogne a reconnu, sous couvert d’anonymat, avoir changé les étiquettes des emballages de viande destinée au Kosovo pour prolonger les dates. Selon lui, cette viande n’aurait jamais dû être vendue. Elle avait, dit-il, "l’apparence d’une bouse de vache".

De la viande envoyée aussi en Afrique

A l’époque du scandale, l’Agence de contrôle de sécurité alimentaire kosovare a annoncé avoir détruit pas moins de 20 tonnes de viande impropre à la consommation, importée de Belgique. Dans la foulée, les autorités kosovares ont interdit à Veviba de vendre de la viande au Kosovo. Mais le Kosovo n’est peut-être pas le seul pays concerné par la fraude alimentaire : l’entreprise belge fournit en effet de la viande dans toute l’Europe du Sud-Est, mais aussi en Afrique.

Scandale Veviba : de la viande de 12 ans d'âge exportée vers le Kosovo Jt du 13/03

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK