"Jour J": vétérans et dirigeants réunis à Portsmouth pour les commémorations

Donald Trump, Emmanuel Macron, la reine Elizabeth II et 300 vétérans ont donné, mercredi, à Portsmouth (sud de l'Angleterre) le coup d'envoi des célébrations du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944, étape clé de la libération de l'Europe du joug nazi.

La reine Elizabeth et la Première ministre Theresa May sont notamment les hôtes des présidents français Emmanuel Macron et américain Donald Trump, en visite d'Etat au Royaume-Uni, mais aussi des Premiers ministres canadien Justin Trudeau et australien Scott Morrison, de la chancelière allemande Angela Merkel ou encore de Charles Michel, qui a rendu hommage aux soldats tombés.

Le président américain Donald Trump conclura, à cette occasion, une visite d'Etat au Royaume-Uni entamée lundi. "Il y a 75 ans ce jeudi, de courageux Américains et des patriotes britanniques ont quitté cette île pour participer à la bataille la plus importante de l'Histoire", a-t-il déclaré mardi pendant une conférence de presse.

"Ils ont sauté de bateaux et d'avions, risquant tout pour défendre nos peuples et faire en sorte que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne demeurent à jamais des pays souverains et à jamais libres", a-t-il ajouté en allusion à peine voilée au Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne qu'il appelle de ses voeux.

Les célébrations, qui se poursuivront jeudi en France, ont commencé avec la projection sur un écran géant d'images du "D-Day" montrant ces soldats qui, le courage en bandoulière et au péril de leur vie, débarquèrent sur les plages de Normandie.

Une dizaine de vétérans sont ensuite montés sur scène, parfois appuyés sur une canne, avant d'être salués par une ovation debout du public et de représentants ou dirigeants de 16 pays.

Lors d'une cérémonie, les chefs d'Etat ou de gouvernement assisteront à l'embarquement de 300 vétérans britanniques qui rejoindront la France en bateau. Des lectures de témoignages d'anciens soldats et un défilé aérien de la Royal Air Force, mêlant avions modernes et Spitfire, étaient aussi au programme.

150.000 Alliés sur le sol français

Portsmouth avait été le port de départ pour Sword Beach, la plage normande la plus à l'est des cinq choisies pour le Débarquement des Alliés en Normandie, plus grande opération de l'histoire de ce type en nombre de navires engagés.

Au soir du 6 juin 1944, plus de 150.000 Alliés avaient pris pied sur le sol français, dont plus de 10.000 furent tués, blessés ou disparus, selon les chiffres du Mémorial de Caen.

Pour commémorer cette journée historique, les 16 pays représentés à Portsmouth ont adopté une "Déclaration" pour "faire en sorte que les sacrifices du passé ne soient jamais vains et jamais oubliés".

"Au cours des 75 dernières années, nos nations ont défendu la paix en Europe et dans le monde, la démocratie, la tolérance et l'Etat de droit", écrivent-ils.

"Nous réitérons aujourd'hui notre engagement envers ces valeurs communes parce qu'elles soutiennent la stabilité et la prospérité de nos nations et de nos peuples. Nous travaillerons ensemble en tant qu'alliés et amis pour défendre ces libertés chaque fois qu'elles seront menacées".

Il s'agira de la première fois qu'un aussi grand nombre de dirigeants se réunissent au Royaume-Uni depuis les jeux Olympiques de 2012 à Londres.

"Honorer" les héros

"Ces commémorations seront l'occasion d'honorer ceux qui ont fait des sacrifices extraordinaires pour garantir la liberté en Europe", déclare la reine Elizabeth II dans le programme officiel. "Ils ne doivent jamais être oubliés".

"Alors que nous nous réunissons pour rendre hommage à ceux dont le courage et le sacrifice sur les plages de Normandie ont marqué le tournant de la  Seconde Guerre mondiale, nous faisons la promesse de ne jamais oublier notre dette envers eux", a déclaré Theresa May.

Lors de la cérémonie, à laquelle participaient 4.000 militaires et 11 navires de guerre britanniques, Theresa May a lu une lettre écrite par le capitaine Norman Skinner à son épouse Gladys le 3 juin 1944. La lettre se trouvait dans la poche du soldat britannique lorsqu'il est arrivé à Sword Beach, le 6 juin, avant être tué le lendemain.

La dirigeante a également assister à une réception avec des anciens combattants avant de prendre part à un déjeuner avec des dirigeants du monde entier, et les appellera à faire montre d'unité.

"Alors que nous nous unissons pour rendre hommage à ceux dont la bravoure et les sacrifices sur les plages de Normandie ont marqué un tournant dans la Seconde Guerre mondiale, nous jurons de ne jamais oublier la dette que nous leur devons", doit-elle dire.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a lu la lettre d'adieu d'Henri Fertet, fusillé à 16 ans pour faits de résistance après 87 jours d'emprisonnement et de torture.

Le matin du 6 juin, jeudi, Emmanuel Macron retrouvera Theresa May et des vétérans britanniques pour la pose de la première pierre d'un mémorial britannique en Normandie. Ce sera le dernier grand rendez-vous officiel de Theresa May avant sa démission vendredi.