Ventes d'armes à l'Arabie saoudite : le Congrès américain vote l'interdiction

Les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite font l’objet d’un mouvement de contestation de plus en plus intense à travers le monde, y compris aux Etats-Unis. Le Congrès américain vient de bloquer une vente pour plus de 8 milliards de dollars. Le président Donald Trump a toujours la possibilité d’opposer un veto à cette décision. Toutefois, le signal est clair : l’Arabie saoudite ne peut plus être considérée comme un partenaire commercial normal en matière d’armes.

Les deux chambres du parlement américain ont approuvé ce blocage. Le Sénat à majorité républicaine avait déjà adopté le texte en juin. La Chambre des représentants, dominée par les démocrates, vient d’emboîter le pas.

La première raison derrière cette interdiction, c’est l’assassinat du journaliste saoudien du Washington Post, Jamal Khashoggi, par des agents de son pays. De nombreux parlementaires estiment que le prince héritier Mohammed Ben Salman est le commanditaire de l’assassinat perpétré au sein même du consulat saoudien à Istanbul, en octobre dernier.

Les élus américains reprochent aussi à l’Arabie saoudite son rôle dans la guerre au Yémen. Les accusations de crimes de guerre et de multiples violations des droits de l’homme s’accumulent à l’encontre du royaume wahhabite. Le conflit a déjà fait plus de 10.000 morts et a provoqué l’une des pires crises humanitaires au monde, des millions de personnes sont au bord de la famine.

Les élus américains réclament donc que le président affiche plus de fermeté à l’égard de Ryad. Mais Donald Trump tient à une alliance étroite avec les Saoudiens, partenaires dans sa lutte contre l’Iran. Il explique aussi froidement que les achats d’armes par les Saoudiens sont importants pour l’économie et l’emploi aux Etats-Unis.

Il est donc très probable que Trump mette son veto à la décision du Congrès pour forcer les ventes d’armes prévues. Le débat fait aussi rage en Europe, l’Allemagne et le Royaume-Uni déjà ont suspendu leurs livraisons d’armes à l’Arabie saoudite.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK