Venezuela: qui était Hugo Chavez ?

Un partisan d'Hugo Chavez brandit son portrait à l'extérieur de l'hôpital de Caracas
2 images
Un partisan d'Hugo Chavez brandit son portrait à l'extérieur de l'hôpital de Caracas - © AFP

Le véritable fils de Fidel Castro est décédé. "Véritable fils", c'est ainsi que Hugo Chavez est qualifié dans un communiqué du gouvernement cubain, celui qui a accompagné Fidel Castro comme un véritable fils. Trois jours de deuil ont d'ailleurs été décrété à Cuba. Hugo Chavez, terrassé par le cancer à 58 ans, aimait lui même à se présenter comme le héros de la gauche radicale latino-américaine, comme l'ennemi de l'Amérique.

Indien d'origine, de milieu modeste et militaire de formation, Hugo Chavez a toujours cru à un destin: il s'identifiait au peuple vénézuélien, avec un charisme indéniable très prisé en Amérique du sud, mais moqué ou carrément haï par ses détracteurs. 
 
Sa carrière politique commence par une tentative de coup d'État dans un Venezuela en pleine déliquescence. Amnistié, il emporte ensuite les élections présidentielles de 1998: le début d'une carrière qui l'a porté au pouvoir pendant 13 ans.
 
Il a utilisé les abondantes ressources pétrolières du Venezuela pour des politiques sociales qui ont considérablement amélioré le niveau de vie, l'éducation, la santé et le logement des nombreux pauvres au Venezuela. Cette politique lui a valu un soutien populaire permanent: quatre victoires électorales.
 
Ce soutien a empêché la succès du coup d'État organisé en 2002 par le patronat, certains officiers et certains médias privés, avec l'appui des Etats-Unis. 
 
Fort en gueule, rendant coup pour coup à des adversaires qui le détestent, Hugo Chavez aimait à jouer le rapport direct au peuple, notamment dans sa célèbre émission de radio Allo Présidente. Démocratie directe disent ses partisans, populisme friand de formules faciles disent ses adversaires. 
 
Le modèle chaviste se heurte cependant à des limites. La redistribution sociale du pétrole ne suffit pas à moderniser l'économie et la population souffre toujours d'une forte insécurité quotidienne et d'une corruption que le régime chaviste n'a pas réussi à faire reculer. 
 
Sur le plan international, Hugo Chavez a privilégié toutes les alliances qui rendaient l'Amérique latine autonome des Etats-Unis qui, à ses yeux, étaient le diable.
 
Marc Molitor
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK