Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame "président en exercice" du pays

Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé mercredi "président" par intérim devant des dizaines de milliers de partisans réunis à Caracas pour protester contre le président Nicolas Maduro. 

"Je jure d'assumer formellement les compétences de l'exécutif national comme président en exercice du Venezuela pour parvenir (...) à un gouvernement de transition et obtenir des élections libres", a lancé Juan Guaido depuis une tribune.

Au même moment, la Cour suprême vénézuélienne, plus haute juridiction du pays, composée de fidèles au régime, a ordonné une enquête pénale contre les membres du Parlement, en les accusant d'usurper les prérogatives du président Maduro. 

Nicolas Maduro a commencé le 10 janvier son second mandat de président du Venezuela pour six ans, après une victoire électorale décriée par l'opposition et par la communauté internationale.

Climat de haute tension

Opposants et partisans du président Nicolas Maduro sont descendus en masse dans les rues mercredi dans tout le pays, dans un climat de haute tension. Cinq personnes sont mortes dans des troubles précédant les manifestations.

Les opposants, dont nombreux s'étaient vêtus de blanc, se sont réunis dans plusieurs quartiers de la capitale et d'autres régions du pays pour exiger un "gouvernement de transition" et de nouvelles élections. 

De leur côté, les partisans du gouvernement, habillés de rouge pour la plupart, se sont retrouvés dans d'autres points de la capitale pour apporter leur soutien au chef de l'Etat et rejeter les revendications de l'opposition, qu'ils considèrent comme une tentative de coup d'Etat orchestrée par Washington. 

Des heurts ont également éclatés entre manifestants et policiers. Les violences se sont produites quand des dizaines d'opposants ont bloqué une artère principale dans le quartier d'Altamira, dans une banlieue cossue de Caracas. Des membres de la Garde nationale ont alors tenté de les déloger en faisant usage notamment de gaz lacrymogène. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK