Venezuela: l'opposition convoque une nouvelle marche pour ce jeudi

Trois personnes ont été tuées pendant la journée de protestation de mercredi.
Trois personnes ont été tuées pendant la journée de protestation de mercredi. - © RHONA WISE - AFP

Le Venezuela est en ébullition. les manifestations de mercredi ont fait 3 morts, deux étudiants et un policiers. Mais l'opposition ne désarme pas et appelle a de nouvelles manifestations aujourd'hui. 

Le mécontentement populaire contre le président Maduro, accusé d'incompétence et de dérives dictatoriales, ne faiblit pas, et a deja fait 8 morts en un mois.

L'opposition vénézuélienne a convoqué pour jeudi une nouvelle marche contre le président Nicolas Maduro, après la vaste mobilisation de mercredi au cours de laquelle deux personnes ont été tuées et une trentaine arrêtées.

"Demain à la même heure, nous appelons le peuple vénézuélien tout entier à se mobiliser", a déclaré le dirigeant de l'opposition Henrique Capriles lors d'une conférence de presse de la Table de l'union démocratique (MUD), la coalition de l'opposition. Les opposants à Nicolas Maduro, l'héritier de Hugo Chavez qui fut président de 1999 à son décès en 2013, ont défilé en masse mercredi à Caracas et dans plusieurs autres villes du Venezuela. Des policiers et des militaires ont dispersé les rassemblements avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, et les manifestants ont répliqué en lançant des pierres et des cocktails Molotov.

Des morts et des blessés

Trois personnes ont été tuées  (deux étudiants et un policier) pendant cette journée de protestation par des tirs à la tête effectués par des inconnus circulant à moto: un adolescent de 17 ans à Caracas et une femme de 23 ans à San Cristobal, dans l'ouest du Venezuela. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées. Les deux décès de mercredi portent à sept le nombre des personnes tuées depuis le début le 1er avril de l'actuelle vague de manifestations de l'opposition, déclenchée pour protester contre des décisions par lesquelles le Tribunal suprême de justice (TSJ, Cour suprême) s'était arrogé les fonctions du Parlement et avait supprimé l'immunité des députés. Le Parlement est contrôlé depuis décembre 2015 par l'opposition, qui veut que le président Maduro quitte le pouvoir et réclame des élections anticipées. Les décisions du TSJ, qui est favorable à M. Maduro, ont été partiellement annulées sous une forte pression internationale, mais l'opposition continue à dénoncer "un coup d'Etat" juridique. M. Capriles a réitéré mercredi les revendications de l'opposition. "Nous demandons des élections libres et démocratiques, nous demandons le respect de l'Assemblée nationale, nous demandons la libération des prisonniers politiques", a-t-il déclaré. L'opposition, a-t-il ajouté, réclame également une aide humanitaire pour l'arrivée de produits alimentaires et de médicaments au Venezuela, qui vit une grave crise économique. 

De son côté, le président Maduro se crispe et accuse les opposants d'être a la solde de l'impérialisme capitaliste. Par ailleurs la multinationale americaine General motors a annoncé l'arrêt de ses opérations au Venezuela. le constructeur automobile explique que ses usines et ses véhicules ont été saisis par les autorités sans avertissement. GM emploie 2600 employé, et genère près de 4000 emplois indirects dans le pays.

Images de la manifestation anti-Maduro ce mercredi 19 avril à Caracas

Nicolas Maduro avait aussi réuni ses partisans:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir