Venezuela: l'Europe menace de reconnaitre Juan Guaido comme président légitime

L'Union européenne s'impatiente. Si Nicolas Maduro n'annonce pas l'organisation d'élections présidentielles ce dimanche soir, l'Europe reconnaîtra le chef du Parlement, Juan Guaido comme président du Venezuela. Toute l'Europe ? Non.

Les pays de l'UE sont très divisés sur l'attitude à adopter pour contraindre le chef de l'Etat vénézuélien Nicolas Maduro à quitter le pouvoir. 


►►► A lire aussi: Vous ne comprenez rien à la situation au Venezuela? Voici quelques explications


Six pays européens (Allemagne, Espagne, France, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni) lui ont fixé un ultimatum, qui expire dimanche, pour convoquer une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient son opposant Juan Guaido comme président.

Une farce tragique

Cet après-midi, la ministre française des affaires européennes, Nathalie Loiseau, a dégainé: "L'ultimatum se termine ce soir. Si, d'ici ce soir, Monsieur Maduro ne s'engage pas à organiser des élections présidentielles, nous considèrerons que Monsieur Guaido est légitime pour les organiser à sa place et nous le considèrerons comme le président par interim jusqu'à des élections légitimes".

"Ce que répond jusqu'à présent Monsieur Maduro,  poursuit Nathalie Loiseau, c'est 'je vais organiser des élections législatives', sous-entendu 'je veux me débarrasser du président du Parlement, M. Guaido' qui est justement soutenu par les manifestants. Là encore cette réponse est une farce, une farce tragique".

Samedi en effet, le président Maduro a accepté d'organiser des élections législatives anticipées. Des élections qui pourraient l'arranger, et le débarrasser d'un parlement dominé par l'opposition, avec à sa tête, le jeune Juan Guaido, 35 ans, qui s'est auto-proclamé président la semaine dernière.

Nicolas Maduro rejette l'ultimatum

L'Union européenne réclame des élections présidentielles anticipées. Nicolas Maduro rétorque qu'elles ont eu lieu il y a 15 mois, en mai 2018, et qu'elles l'ont sacré président, n'en déplaise à l'opposition qui a boycotté ces élections.

Jeudi, le Parlement européen a reconnu l'autorité de Juan Guaido et a appelé l'ensemble des pays de l'Union européenne à faire de même.

Les Etats-Unis, et le Canada ont déjà reconnu Juan Guaido. C'est le cas également de plusieurs  pays d'Amérique latine, dont la Colombie et le Brésil, deux pays dirigés par ds gouvernements de droite.

Nicolas Maduro reste soutenu par la Russie, la Chine, la Corée du Nord, la Turquie ou encore Cuba.

Il rejette l'ultimatum européen et accuse les Etats-Unis d'orchestrer un coup d'Etat.

L'Europe à la manoeuvre

Un groupe de contact international constitué par l'UE pour favoriser l'organisation d'une présidentielle doit se réunir le 7 février à Montevideo, en Uruguay. C'est ce qu'ont annoncé dimanche la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le président uruguayen Tabare Vazquez.

L'UE et huit de ses États membres (Allemagne, Espagne, France, Italie, Portugal, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède) en font partie, ainsi que la Bolivie, le Costa Rica, l'Équateur et l'Uruguay pour les pays d'Amérique latine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK