Venezuela : fin de la panne électrique géante après une semaine

Nicolas Maduro blâme les Etats-Unis. Il parle d'une "guerre électrique".
Nicolas Maduro blâme les Etats-Unis. Il parle d'une "guerre électrique". - © FABIO RODRIGUES-POZZEBOM/ABR

Le travail reprendra jeudi au Venezuela après une semaine d'interruption due à la gigantesque panne électrique qui a paralysé le pays depuis le 7 mars, a annoncé mercredi le ministre de l'Information Jorge Rodriguez.

"Le président Nicolas Maduro a décidé que les activités scolaires et le travail pourront reprendre demain jeudi", a indiqué le ministre en direct à la télévision, affirmant que le courant était "rétabli à 100%" dans le pays. Il a ensuite nuancé en ajoutant : "pratiquement tout le pays".

Les activités scolaires et le travail pourront reprendre jeudi

Toutes les activités de l'administration publique et les écoles avaient été suspendues par le gouvernement au lendemain de la panne survenue il y a une semaine. L'ensemble des commerces et des services sont aussi restés fermés faute d'électricité et de transports.

Le courant est progressivement revenu depuis lundi soir à Caracas et dans la plupart des Etats du pays selon le gouvernement, à l'exception des Etats de l'ouest, notamment dans la région pétrolière de Maracaibo sur la côte.

Le gouvernement américain responsable ?

Mardi soir, le président Nicolas Maduro avait "proclamé la victoire dans la guerre électrique" dont il rend responsable les Etats-Unis qui auraient fomenté, selon lui, une "attaque cybernétique" contre la principale centrale hydroélectrique du pays, dans le sud.

L'opposition et les observateurs tendent à incriminer l'incompétence et la corruption du régime, qui a négligé l'entretien des infrastructures. Les pannes de courant sont fréquentes au Venezuela, mais jamais de cette ampleur ni de cette durée, surtout à Caracas.

Outre les tracas causés à la population privée d'eau et de vivres, selon l'institut vénézuélien Ecoanalisis la panne a déjà couté "au moins 875 millions de dollars" et mis à l'arrêt l'industrie pétrolière, qui assure 95 % des revenus de l'Etat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK