Variants du coronavirus: le Royaume-Uni ferme ses frontières aux arrivées d'Amérique du Sud et du Portugal

Variants du coronavirus: le Royaume-Uni ferme ses frontières aux arrivées d'Amérique du Sud et du Portugal
Variants du coronavirus: le Royaume-Uni ferme ses frontières aux arrivées d'Amérique du Sud et du Portugal - © BEN FATHERS - AFP

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi fermer ses frontières aux arrivées de tous les pays d'Amérique du Sud et du Portugal en raison d'un nouveau variant du coronavirus découvert au Brésil.


►►► Vers des voyages interdits ? Alexander De Croo le répète, ils sont vivement déconseillés


Cette interdiction, valable dès vendredi à 04H00 GMT, ne s'applique pas aux ressortissants britanniques et irlandais, ni aux personnes résidant au Royaume-Uni et aux routiers portugais transportant des biens essentiels, a précisé le ministre des Transports Grant Shapps sur Twitter.

Ces personnes devront cependant s'isoler pendant dix jours à leur retour.

Le ministre a expliqué sa décision par "des preuves concernant un nouveau variant au Brésil" et a justifié l'appliquer au Portugal en raison de "ses liaisons importantes avec le Brésil".

Les routiers portugais transportant des biens essentiels sont cependant exemptés.

Protéger son territoire

Pays le plus endeuillé par la pandémie en Europe avec près de 85.000 morts, le Royaume-Uni est actuellement confronté à un variant apparu dans le sud de l'Angleterre considéré par des scientifiques comme jusqu'à 74% plus contagieux.

Ce dernier a provoqué une flambée des contaminations, submergeant les hôpitaux et poussant les autorités à imposer un dur confinement incluant la fermeture des écoles.

Le gouvernement britannique cherche à protéger son territoire d'autres variants apparus dans d'autres pays du monde et a déjà interdit les arrivées d'Afrique du Sud, où a été identifié un variant dont serait proche le variant brésilien, selon des scientifiques.

La crainte est notamment que ces variants résistent aux vaccins actuellement disponibles au Royaume-Uni, dont plus de trois millions de doses ont déjà été administrées.

Pour se protéger, les autorités imposent déjà une quarantaine de dix jours aux voyageurs arrivant de la plupart des pays et veulent désormais conditionner l'entrée sur le territoire britannique à un test négatif.

Cette dernière mesure devait s'appliquer dès vendredi mais le gouvernement l'a repoussée à lundi, s'attirant de vives critiques de l'opposition.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK