Vaccinations : l'Europe tente de donner un coup d'accélérateur

L'UE veut accélerer la vaccination au sein de l'Union européenne
2 images
L'UE veut accélerer la vaccination au sein de l'Union européenne - © DAVID PINTENS - BELGA

Sans coup d’accélération à la vaccination contre le Covid-19, l’Union européenne risque de se retrouver face à une fermeture de ses frontières intérieures.

L’augmentation du nombre des infections aux nouveaux variants du coronavirus (britannique, sud-africain), plus contagieux, inquiète les Européens au point que l’Allemagne n’exclut pas le rétablissement des contrôles aux frontières à l’intérieur de l’espace Schengen.

Risque de fermeture des frontières

Les Allemands proposent que soient exigés dans l’Union européenne tests et quarantaines pour les voyageurs venant de zones particulièrement touchées par les variants, selon un document vu par l’AFP. La France est favorable à des contrôles sanitaires aux frontières intra-européennes. Le gouvernement néerlandais prévoit un couvre-feu à partir de 20h30. En France, il a été avancé à 18h00 depuis samedi.

Mais les Européens sont également soucieux de préserver le fonctionnement du marché intérieur et notamment du transport de marchandises.

C’est notamment pour éviter que les Etats membres ne recommencent à se barricader dans le désordre que les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union se retrouvent ce jeudi pour un sommet en visioconférence. Ce 9e rendez-vous virtuel des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union sur la crise sanitaire se tiendra à partir de 18h00.

Plus de vaccins plus vite

Il faut accélérer la vaccination. C’est notre priorité absolue, dit Charles Michel, le président du Conseil dans sa lettre d’invitation aux dirigeants européens. Pour cela, il faut que l’industrie pharmaceutique augmente sa production.


►►► À lire aussi : L’évolution en temps réel de l’épidémie de coronavirus en Belgique en chiffres et graphiques


La Commission européenne a quelques pistes qu’elle va présenter ce jeudi soir aux Etats membres. Et c’est à eux de s’organiser pour que 70% de la population soit vaccinée d’ici l’été. C’est l’un des objectifs sur lequel les 27 doivent se mettre d’accord ce jeudi et ce ne sera pas facile.

Des certificats de vaccination et de tests négatifs communs

Pas facile non plus de mettre en place un certificat commun de vaccination quand à ce jour les 27 n’ont toujours pas réussi à se mettre d’accord sur la reconnaissance mutuelle des tests PCR, pourtant considérés comme fiables par la communauté scientifique. Là encore, c’est un des objectifs du sommet virtuel de ce jeudi soir. Sans avancée dans ces domaines, les frontières internes de l’Union risquent une nouvelle fois de se refermer.

Une avancée tout de même à signaler : les Etats membres ont réussi à s’entendre pour une reconnaissance mutuelle des tests antigéniques, quelques heures seulement avant le début de ce sommet virtuel. C’est une mesure que défendait notamment la France.

Pour détecter les mutations du coronavirus, la Commission européenne exhorte les pays membres à accroître le séquençage, jugeant le niveau actuel insuffisant. Elle les a aussi appelé à accélérer la vaccination, en protégeant 70% de la population adulte d’ici la fin de l’été, et 80% des personnels de santé et des plus de 80 ans d’ici mars.

Nous avons un contrat et nous avons besoin de ces doses maintenant

Les retards dans les livraisons des vaccins inquiètent. Ainsi pour le vaccin de Pfizer-BioNTech, l’un des deux autorisés dans l’Union, un pays comme le Danemark revoit à la baisse de 10% ses ambitions pour le premier trimestre. L’Italie veut poursuivre en justice contre Pfizer. La présidente de la Commission a donné de la voix : "Nous avons un contrat et nous avons besoin de ces doses maintenant", a déclaré Ursula von der Leyen.

Impatience

La procédure d’autorisation des vaccins va aussi être accélérée. Outre Pfizer-BioNTech, le vaccin Moderna est également autorisé dans l’Union européenne, et l’avis de l’Agence européenne des médicaments sur celui d’AstraZeneca, déjà utilisé au Royaume-Uni, est attendu d’ici la fin du mois. Johnson&Johnson et Curevac devraient suivre "bientôt" selon la Commission et des discussions sont en cours avec deux autres, Novavax et Valneva. L’Union européenne a déjà 6 contrats signés en poche.

Signe d’une impatience grandissante, quatre pays, Autriche, Grèce, République tchèque et Danemark, ont écrit à Charles Michel pour que le processus d’approbation des vaccins soit plus rapide.

La Grèce plaide aussi pour la mise en place d’un certificat "standardisé" de vaccination au sein de l’Union, un "passeport vaccinal" soutenu par la Commission et qui sera discuté lors du sommet.


Suivez toute l’actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d’information européenne.

Conférence de presse du centre interfédéral coronavirus du 19/01/2021

En Belgique, la campagne de vaccination se poursuit

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK