USA: un étudiant palestinien a vu son visa révoqué après la fouille de ses réseaux sociaux

USA: un étudiant palestinien a vu son visa révoqué après la fouille de ses réseaux sociaux
USA: un étudiant palestinien a vu son visa révoqué après la fouille de ses réseaux sociaux - © Pixabay

Un adolescent palestinien admis à la prestigieuse université de Harvard a affirmé mardi avoir été retenu plusieurs heures à l'aéroport avant de se voir refuser l'entrée aux Etats-Unis en raison d'opinions politiques exprimées par ses amis sur les réseaux sociaux.

Ismaïl Ajjaoui, qui vit au Liban, a déclaré au journal étudiant The Harvard Crimson qu'à son arrivée vendredi à l'aéroport de Boston, la police l'avait interrogé durant huit heures, et lui avait notamment demandé sa religion.

Après avoir fouillé son téléphone et son ordinateur portable pendant cinq heures, une policière "a commencé à me crier dessus", a-t-il raconté. "Elle a dit qu'elle avait trouvé des gens parmi ma liste d'amis qui postaient des opinions politiques opposées aux Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Le jeune étudiant de 17 ans assure avoir fait valoir qu'il n'avait lui-même jamais exprimé ses propres opinions politiques sur les réseaux sociaux. Malgré cela, son visa a été révoqué et il a été renvoyé chez lui, a-t-il rapporté.

Cette personne a été jugée inadmissible sur le territoire américain

La police aux frontières américaine a confirmé avoir refusé l'entrée à Ismaïl Ajjaoui, mais a ajouté ne pas pouvoir fournir de raison précise en raison de la confidentialité concernant un dossier individuel.

"Cette personne a été jugée inadmissible sur le territoire américain sur la base d'informations découvertes durant la perquisition", a dit un porte-parole de cette agence fédérale, Michael McCarthy.

"La loi américaine n'autorise pas les refus de visa sur la seule base de déclarations politiques ou d'opinions si ces déclarations ou opinions seraient jugées légales aux Etats-Unis", a pour sa part souligné un responsable du département d'Etat.

L'adolescent a dit espérer une solution avant la rentrée universitaire la semaine prochaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK