USA: un centre de détention de la police en quarantaine après la mort d'un migrant

USA: un centre de détention de la police en quarantaine après la mort d'un migrant
USA: un centre de détention de la police en quarantaine après la mort d'un migrant - © JOHN MOORE - AFP

Un important centre de détention de la police américaine aux frontières a été placé en quarantaine à cause d'un grand nombre de cas de fièvre, au lendemain de la mort d'un adolescent guatémaltèque souffrant de la grippe.

Pour éviter la propagation de la maladie, les autorités de la vallée du Rio Grande ont "temporairement suspendu les opérations d'admission" dans ce centre situé dans la ville de McAllen, frontalière avec le Mexique, a indiqué la police aux frontières. "Le personnel médical est à l'oeuvre en ce moment pour fournir aux patients un traitement médical approprié", a-t-elle ajouté, précisant qu'un "grand nombre" de migrants présentaient une fièvre élevée et des symptômes grippaux.

Un Guatémaltèque de 16 ans est mort lundi au poste de la police aux frontières de Weslaco (Texas). Détenu au centre de McAllen, Carlos Gregorio Hernandez Vasquez avait signalé dimanche qu'il se sentait mal et une infirmière avait diagnostiqué une grippe.

Traité avec un anti-viral, il avait été transféré à Weslaco dans la foulée pour éviter qu'il ne contamine d'autres migrants. Il avait été interpellé le 13 mai près de la ville texane de Hidalgo.

Il s'agit du cinquième migrant mineur à décéder en détention pour avoir franchi illégalement la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis depuis décembre 2018.

Les autorités ont indiqué il y a quelques semaines que le dispositif à la frontière était "au bord de la rupture" à cause de la forte augmentation du nombre de familles et d'enfants cherchant à entrer aux Etats-Unis.

Entre début octobre et fin février, quelque 318.000 personnes ont été arrêtées à la frontière contre 186.000 sur la même période un an plus tôt. La plupart se rendent aux policiers et déposent une demande d'asile.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK