USA: quand des psychologues aident le Pentagone à bien torturer

Certains membres de l'American Psychological Association (APA), y compris des responsables, ont cherché à "se faire bien voir" des responsables militaires.
Certains membres de l'American Psychological Association (APA), y compris des responsables, ont cherché à "se faire bien voir" des responsables militaires. - © DENNIS BRACK/POOL - BELGAIMAGE

L'association des psychologues américains a conçu avec le Pentagone et la CIA des directives éthiques qui ont validé les techniques d'interrogatoire "poussées" pratiquées par le gouvernement américain après le 11-Septembre et qualifiées depuis de tortures, indique un rapport de l'association.

Certains membres de l'American Psychological Association (APA), y compris des responsables, ont cherché à "se faire bien voir" des responsables militaires, explique ce rapport de 542 pages commandé par l'APA et publié vendredi sur son site.

Les agences gouvernementales "voulaient des directives éthiques permissives/laxistes pour que leurs psychologues puissent continuer à participer à ces techniques d'interrogatoire violentes", telles que la simulation de noyade ou la privation de sommeil, précise le rapport.

"La principale motivation de l'APA était de s'aligner sur le ministère de la Défense et de s'en s'attirer les faveurs. Il y avait deux autres motivations importantes: créer de bonnes relations entre eux et continuer à développer la psychologie" dans l'armée.

La commission du Renseignement du Sénat américain a publié en décembre un rapport détaillant la brutalité de ces techniques d'interrogatoire, comme la réhydratation rectale ou les passages à tabac, qualifiées de tortures par les organisations de défense des droits de l'homme et utilisées par la CIA sur de présumés membres du réseau islamiste Al-Qaïda après le 11-Septembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK