USA: pour Joe Biden, une nouvelle bataille se profile pour le contrôle du Sénat

USA: pour Joe Biden, une nouvelle bataille se profile pour le contrôle du Sénat
2 images
USA: pour Joe Biden, une nouvelle bataille se profile pour le contrôle du Sénat - © JIM WATSON - AFP

Plus d’une semaine après les élections américaines, le président Donald Trump ne veut pas concéder sa défaite depuis l’annonce de la victoire de Joe Biden. Le président élu va devoir livrer une nouvelle bataille politique d’ici janvier prochain pour s’assurer le contrôle du Sénat. C’est de cela que dépendra sa capacité à mener des réformes ambitieuses. La conquête de la Maison blanche ne s’est pas faite avec une vague bleue comme espéré dans le camp démocrate et la lutte s’annonce serrée.

Un Sénat tenu par les républicains

La plupart des sénateurs républicains n’ont toujours pas reconnu publiquement la victoire du démocrate. La principale raison de leur silence : les élections au Sénat.

Dans cette chambre haute du Congrès, il ne faut plus qu'un siège pour détenir la majorité et deux sièges doivent encore se jouer au second tour en janvier prochain dans l’Etat conservateur de Géorgie, explique Nicole Bacharan, analyste de la politique américaine : "Joe Biden quand il entrera à la Maison blanche, aura le soutien de la Chambre, c’est là que s’initie le budget".

La Chambre est actuellement contrôlée par les démocrates (232 députés sur 435) et le Sénat par les républicains. L’ensemble des sièges de la chambre sont renouvelés pour deux ans, tandis que 35 sièges du Sénat sont remis en jeu pour six ans. Mais le parti de Joe Biden parviendra-t-il à conquérir cette majorité au Sénat ?

Les républicains y ont désormais 50 sièges, contre 48 aux démocrates dans cette chambre qui en compte 100. Deux sièges sont encore à pourvoir qui se joueront dans une double élection partielle le 5 janvier en Géorgie.

Ce mercredi, le parti républicain a conservé un siège supplémentaire au Sénat américain, avec une victoire en Alaska, qui le place à une voix de la majorité à la chambre haute du Congrès.

Joe Biden pourra donc négocier à la Chambre avec son propre parti. Mais au Sénat, les républicains ont une bonne chance de conserver la majorité. "Un enjeu crucial", souligne Nicole Bacharan qui précise : si on arrivait à 50-50 au Sénat, la Constitution prévoit que la vice-présidente Kamala Harris qui est présidente d’honneur du Sénat viendrait voter pour faire pencher la balance vers le camp démocrate.

Il faut savoir qu’aucune loi ne peut être adoptée sans la chambre haute, qui a aussi le pouvoir d’approuver les nominations présidentielles : ses ministres, ses ambassadeurs, et les juges, notamment à la Cour suprême. Lutte contre la pandémie de Covid-19, vaste plan d’aide économique, climat, immigration, diplomatie… Les enjeux sont immenses.

L’ombre de Trump plane encore

Pour l’instant, aucun sénateur ne s’est désolidarisé de Donald Trump et de ses contestations. A cause de ces élections en Géorgie. "Ils ne veulent pas mécontenter le président qui pourrait se déchaîner contre eux, il n’a aucun complexe à le faire contre son propre camp. Et ils ne veulent pas non plus mécontenter son électorat en Géorgie, car c’est de là que viendrait leur majorité".

Le président élu devra surtout composer avec le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell. A 78 ans, après une alliance de quatre ans avec Donald Trump, il sera l’homme décisif mais son amitié avec Joe Biden ne garantit aucun compromis. "Mitch McConnell n’est pas quelqu’un de très fidèle ni en amitié ni en politique. Il suit son propre intérêt, l’intérêt de son parti. A voir comment il le traduit à partir de fin janvier", estime Nicole Bacharan.

Quelle tournure prendra la suite des événements ? Il faudra attendre fin janvier et ces élections en Géorgie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK