Etats-Unis: Nizar Trabelsi a comparu pour la 1ère fois au tribunal fédéral

USA: Nizar Trabelsi a comparu pour la première fois au tribunal fédéral
USA: Nizar Trabelsi a comparu pour la première fois au tribunal fédéral - © Tous droits réservés

A Washington, le procès de Nizar Trabelsi devrait prendre du temps. L'ancien footballeur tunisien a été extradé il y a deux semaines par la Belgique vers les Etats-Unis. Il est inculpé de complot terroriste, pour avoir préparé un attentat contre la base américaine de Kleine-Brogel, en Belgique, et risque la perpétuité. Il a comparu vendredi pour la première fois mais aucun décision n'a été prise, le procureur américain ayant besoin d'au moins un mois pour faire traduire en anglais les 30 000 documents transmis par Bruxelles.

Aucune décision n’a été prise hier soir par le président du tribunal fédéral de Washington, qui est chargé de l’affaire. Mais cette audience préliminaire a permis pour la première fois de connaître les conditions de détention de Nizar Trabelsi.

Selon son avocate américaine, Mary Petras, il est maintenu en cellule d’isolement 24 heures sur 24, dans une prison située à deux heures de route de Washington. Sa cellule est presque toujours allumée, ce qui l’empêche de dormir. Elle a demandé qu’elle soit éteinte pendant la nuit et que le Tunisien puisse faire de la gym dans une petite cour.

Par ailleurs,l’avocate a affirmé que le FBI a confisqué à Nizar Trabelsi les objets personnels qu’il avait dans sa cellule en Belgique. Vendredi soir, elle a obtenu que la paire de lunettes de vue de l’inculpé lui soient rendues immédiatement.

Pendant l’audience, Nizar Trabelsi était muni d’oreillettes afin d’entendre une traduction en français. Avant de conclure, le juge lui a demandé s’il avait compris les débats. L’inculpé a répondu qu’il n’avait pas tout bien compris, mais a ajouté qu’il avait confiance dans son avocate et ce qu’elle fait pour lui.

Il a aussi demander de récupérer les affaires qu’il avait en prison en Belgique, notamment son coran et les photos de ses enfants.

Marie-Christine Bonzom

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK