USA: Mitt Romney désormais seul face à Barack Obama

Mitt Romney
Mitt Romney - © AFP

Ron Paul s'est désisté. Mitt Romney est désormais seul en lice pour l'investiture républicaine à l'élection présidentielle du 6 novembre prochain. Il se retrouvera donc vraisemblablement face à Barack Obama. Les deux équipes de campagne préparent leurs armes. Les deux candidats sont en effet au coude-à-coude dans les sondages.

La course entre Mitt Romney et Barack Obama s'annonce serrée. Une dernier sondage réalisé pour le New-York Times et CBS News donne les deux candidats au coude-à-coude: Mitt Romney obtiendrait 46% des intentions de vote contre 43% pour Barack Obama, bien que la marge d'erreur se situe aux alentours de 4%. Il y a un mois d'ici, les rivaux étaient donnés à 46%. 

L'équipe de campagne du président-candidat démocrate a diffusé une vidéo qui s'en prend directement au passé d'homme d'affaires de Mitt Romney. Dans ce clip de campagne, l'équipe Obama revient sur la fermeture d'une aciérie dans le Missouri. Une fermeture survenue après son rachat par Bain Capital, le fonds d'investissement fondé par Mitt Romney. Dans cette fermeture, 750 personnes ont perdu emplois, retraites et couvertures sociales. "Bain Capital est parti avec beaucoup d'argent grâce à cette usine. Nous considérons que Mitt Romney est un destructeur d'emplois", affirme un ancien ouvrier.

"C'était comme un vampire, il est venu et a aspiré notre vie", poursuit un autre ouvrier ayant perdu son emploi après 31 ans dans l'usine. "On aurait dit un vieil ami en train de saigner à mort", explique encore un autre ouvrier remercié.

L'équipe Obama conclut que le type de capitalisme pratiqué par Mitt Romney favorise essentiellement des investisseurs fortunés au détriment des salariés.

Détourner le regard du bilan économique de Barack Obama ?
 
Réaction directe du clan du premier intéressé. "Nous saluons la tentative de l'équipe de campagne d'Obama de tourner le dos à l'emploi et à une discussion sur l'échec de leur bilan", lance le porte-parole du candidat républicain cité par l'agence Reuters. Et continue: "Mitt Romney a permis de créer plus d'emplois lors de son passage dans le secteur privé et plus d'emplois comme gouverneur du Massachussetts que le président Obama ne l'a fait pour l'ensemble du pays". 
 
La fin d'un (faible) suspense dans le camp républicain
 
Ron Paul a annoncé ce lundi dans un e-mail envoyé à ses partisans qu'il ne dépenserait plus de fonds dans des primaires dans des États qui n'ont pas encore été voté. Il n'a pas les moyens de faire face aux millions de Mitt Romney qui se trouve, donc, désormais seul en lice aux primaires républicaines. Ron Paul ne compte en effet que 99 délégués en sa faveur contre 949 pour Mitt Romney. Un candidat doit récolter 1144 délégués pour pouvoir être investi. 
 
Ron Paul représentait un courant libertaire, "anti-fédéral" et "anti-guerre". Il appelle à une réduction drastique des pouvoirs du gouvernement de Washington, la suppression de la Réserve fédérale et le désengagement militaire des États-Unis à l'étranger.
 
Bien qu'il ait décidé de se désister, Ron Paul a expliqué que sa campagne se poursuivait, qu'il continuerait à prendre position dans le but d'augmenter le nombre de ses délégués. Histoire de peser dans les débats lors de la convention nationale du Parti républicain qui se tiendra fin août.
 
Son retrait met fin à un suspense de plus en plus faible depuis les abandons de Newt Gingrich et, surtout, de l'ultra-conservateur Rick Santorum. 
 
AdC avec agences

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK