USA: les hopitaux n'hésitent pas à surendetter les patients

En 2009, 80 millions d'Américains sur une population totale de 305 millions d'habitants n'avaient pas d'assurance santé
En 2009, 80 millions d'Américains sur une population totale de 305 millions d'habitants n'avaient pas d'assurance santé - © Images_of_money (Flickr)

Les soins hospitaliers coûtent très cher aux Etats-Unis, ce n'est pas une nouvelle, mais une étude récente menée par des chercheurs américains enfonce encore le clou.


L'étude démontre que les hôpitaux, devant faire face à des dettes grandissantes, font parfois l'impasse sur les (maigres) systèmes d'aides médicales dont bénéficient les patients à faible revenus. Depuis plusieurs années, les hôpitaux sont acculés par une augmentation constante du poids de la dette. L'augmentation du prix des soins de santé va de paire avec les factures impayées. Pour pallier à ces déficits entraînés par les défauts de payement, les hôpitaux ont multipliés les recours en justice, forçant ainsi les citoyens modestes qui ne pouvaient déjà pas payer pour leurs soins de santé à payer des intérêts. Devant ce problème, les États ont adoptés des mesures pour limiter ces actions juridiques et trouver un autre moyen de financement.

Il faut savoir que le système de soins de santé dépend majoritairement des États et non du gouvernement fédéral (le plan d'assurance universelle soutenu par Obama ayant été rejeté par le Congrès). Chaque État gère donc à sa façon le financement du système de santé.

Un système de solidarité

Quelques États ont choisi de mettre en place un système basé sur la solidarité (automatique) entre les patients à revenus confortables et ceux à revenus modestes. L'idée est simple, les patients riches payeront leurs soins plus cher pour que les patients pauvres les payent moins cher. Voilà pour la théorie. En pratique, suite à une étude de deux ans et à l'enquête du New York Times, on reste loin de cette belle idée. Les hôpitaux n'hésitent pas à contourner ce système, souvent de manière illégale.

Des demandes d'aides refusées

Les patients doivent, pour bénéficier d'une aide financière, remplir un dossier prouvant leurs statut de citoyens à faible revenus. De nombreux hôpitaux refusent tout simplement les demandes, jugeant eux-même de la légitimité ou non de celles-ci. Les établissement hospitaliers font ainsi payer le même prix aux riches qu'aux pauvres. Pire, les hôpitaux font même en sorte que la facture soit la plus élevée possible, quelque soit la condition du patient. Ces abus sont commis en toute impunité, les autorités n'intervenant généralement pas. "Le système dans son ensemble est corrompu et ne fonctionne pas pour les patients" déclare Elisabeth R. Benjamin, vice-présidente de la Community Service Society.

Le New York Times cite de nombreux cas de patients touchés par ces abus. Celui de Hope Rubel est assez éloquent. Cette femme de 50 était atteinte d'une tumeur bénigne qu'elle devait retirer. Elle utilisera toutes ses économies (soit 17 000 dollars) pour l'intervention, avant de recevoir une note de frais supplémentaire de 88 000 dollars. Incapable de payer, elle est aujourd'hui poursuivie en justice par l'hôpital.

Cette enquête ne dévoile cependant que la partie émergée de l'iceberg et rappelle les nombreuses autres dérives du système de santé aux États-Unis.


Jean-Charles Dierickx

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK