USA : le vote anticipé, que ce soit par correspondance ou dans les bureaux, remporte un succès phénoménal

USA : le vote anticipé, que ce soit par correspondance ou dans les bureaux, remporte un succès phénoménal
USA : le vote anticipé, que ce soit par correspondance ou dans les bureaux, remporte un succès phénoménal - © JOE RAEDLE - AFP

Aux Etats unis, plus de 10 millions d’Américains ont déjà voté pour l’élection présidentielle du 3 novembre. Ils l’ont fait par courrier, ou en vote anticipé. C’est un record dans l’histoire américaine. De nombreux américains se sont rués sur le vote par correspondance pour éviter de devoir se rendre dans un bureau de vote en plaine pandémie de Covid 19. D'autres font la file patiemment, pour déposer leur bulletin dans l'urne bien avant le 3 novembre.

Mais ces votes anticipés vont-ils bénéficier au candidat démocrate ou au républicain ? Donald Trump fustige depuis des mois le vote par correspondance. Il accuse le système de faciliter la fraude, et il menace déjà de contester les résultats.

Comment ça marche ?

Aux Etas unis, les électeurs ont le choix. Soit se rendre personnellement dans les bureaux de vote le jour de l’élection, soit de voter de manière anticipée, en présentiel, ou par courrier. A New York par exemple, le vote est possible dès le 24 octobre et jusqu’au 1er novembre. En 2016, lors des élections précédentes, un quart des Américains avaient opté pour cette option, soit plus de 30 millions sur 136 millions d'électeurs américains. Mais cette année, un record risque d’être pulvérisé : on s’attend a plus de 80 millions de votes anticipés.

Dans un contexte de pandémie, de nombreux Etats ont facilité l’accès au vote par correspondance. Dans 36 Etats sur 50, on ne demande plus aux électeurs de justifier leur choix pour des raisons professionnelles ou médicales. Du coup, les électeurs en profitent.  

Pourquoi cette ruée sur le " vote by mail " ?

3 raisons parmi d’autres : cette année, les gens sont inquiets à cause du virus. Ils redoutent de se mêler à la foule  devant les bureaux de vote. Mais ils veulent aussi que leur voix soit prise en compte, et préfèrent voter en amont pour faciliter le décompte.  De nombreux américains craignent aussi des violences le jour du scrutin.

A qui le vote anticipé profite-t-il ?

Selon un sondage Gallup, 62% des électeurs démocrates déclarent vouloir voter avant la date du 3 novembre, contre 28% des républicains. Un sondage qui justifie les craintes du camp républicain.

Cette année, les républicains semblent particulièrement aux abois face au vote par correspondance. C’est nouveau. Donald Trump semble le redouter, alors qu’une participation massive en amont ne prouve pas que les électeurs votent davantage pour le camp républicain. Bien sûr, faciliter l’accès au vote est censé profiter surtout aux classes défavorisées, aux minorités ethniques, et aux jeunes, traditionnellement " pro-démocrates ".  Comme le 3 novembre tombe un mardi, un jour de semaine, de nombreux travailleurs précaires ne peuvent se permettre de perdre un jour de boulot. Mais le Covid 19 risque d’effrayer des catégories de personnes plus nanties et plus âgées, soit le réservoir des voix républicaines .

Un vote truqué ?

Depuis plusieurs mois, Donald Trump s’acharne contre ce " vote by mail ".

 " Ce scrutin sera le plus inexact et le plus truqué de l’histoire ! Les boites aux lettres vont être dévalisées, les bulletins falsifiés, illégalement imprimés et signés frauduleusement " tweete-t-il. L’imagination de Donald Trump n’a pas de bornes pour incriminer le vote par correspondance. Mais ses accusations n’ont aucun fondement, au vu des élections précédentes. Selon l’institut conservateur Heritage Foundation, on a enregistré à peine 143 cas de fraude en vingt ans.  L’Oregon est un bon exemple. Cet Etat, pionnier en matière de vote par correspondance, a expédié plus de 100 millions de bulletins de vote depuis 2000. Et une douzaine de cas de fraude ont été détectés.

Une défiance criminelle

Depuis le début de la campagne, le président Trump dénigre donc le " vote by mail " . Il a même essayé de le saboter. En juin dernier par exemple, il a nommé un riche donateur républicain à la tête de la Poste. Comme par hasard, le nouveau patron a imposé des coupes budgétaires. Les heures supplémentaires des employés ont été supprimées Les tournées de facteurs ont été réduites. Tout cela crée un engorgement du courrier. Les démocrates soupçonnent le président de vouloir perturber l’acheminement des bulletins de vote dans les semaines qui viennent. De nombreux électeurs démocrates redoutent que l'USPS ( la Poste américaine) n'arrive pas à digérer l'énormité du volume de bulletins de vote, que certains s'égarent ou arrivent en retard et ne soient pas comptabilisés.

Pour Henry Brady, spécialiste de méthodologie électorale, et doyen de la faculté des politiques publiques de l’université de Californie à Berkeley, la défiance du président Trump envers le vote par correspondance est grave, voire criminelle. Interrogé par le Monde, le professeur Brady s’inquiétait déjà au mois d’août. " Il est tragique que le président ait adopté cette conception fausse que le vote par correspondance est orienté contre les républicains. Tragique qu’il mette en avant la notion de fraude et de corruption." Pour lui, le président et le Congrès auraient dû organiser un effort national pour préparer un scrutin entièrement par correspondance en ces temps de pandémie.

 

Vote anticipé aux élections présidentielles américaines: JT du 07/10/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK